Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Au centre Emmaüs, des lycéens redonnent vie à des objets

Créer un poisson à partir de lampes de chevet ou présenter des livres mangeant une bibliothèque : ce sont quelques-unes des œuvres réalisées par une quarantaine d’élèves de première à partir d’objets et de matériaux collectés par les compagnons d’Emmaüs.

travail artistique de creation avec des objets rŽcupŽrŽs, par des ŽlŽves du lycŽe B.Pascal de Charbonnieres ˆ EmmaŸs

Créer un poisson à partir de lampes de chevet ou présenter des livres mangeant une bibliothèque : ce sont quelques-unes des œuvres réalisées par une quarantaine d’élèves de première (L, S, ES, STMG) du lycée Blaise-Pascal de Charbonnières, à partir d’objets et de matériaux collectés par les compagnons d’Emmaüs, précédemment destinés à finir dans une déchèterie.

Encadrés par deux enseignants d’arts plastiques, Didier Montmasson et Benjamin Biort, et par Vincent Guillermin, artiste plasticien, les élèves ont d’abord réfléchi à l’idée même d’objet : qu’en fait-on ? Quels sont les liens entre objet et art ? Qu’est-ce qui provoque une idée ? Armés de leur réflexion, ils sont venus passer trois journées au centre Emmaüs de Vénissieux, où nous les avons rencontrés.

“L’an dernier, raconte un enseignant, les jeunes avaient déjà acheté ici un objet à 5 euros pour le casser puis le réparer en menant autour une réflexion artistique. Nous avons exposé le résultat de ce travail au lycée et vendu leur création aux enchères. Cette fois-ci, nous n’avons pas donné de consigne précise.” Ce qui n’empêche pas les lycéens de fourmiller d’idées. Pour preuve, cette bibliothèque mangée par les livres, sur laquelle travaillent Louise et Manon. Un peu plus loin, voilà Nolwenn, Juliette et Quenzali : “Nous sommes partis d’une légende japonaise qui parle d’un poisson-chat géant vivant dans les profondeurs de la terre et qui, par ses mouvements brusques, provoque des séismes…”

Grégoire et Zoé évoquent aussi leur rencontre avec les compagnons, dont ils louent “l’esprit communauté” : “Nous avons déjeuné ici, avec eux. Certains discutent bien. Ils sont très accueillants.”
Ces ateliers s’inscrivent dans la nouvelle campagne nationale, intitulée “Emmaus, éco-responsable depuis toujours”, qui fait écho à la Cop 21.

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez également

Portraits

Ce n'est pas pour ses performances sur le 42 km que Stéphanie Tranchand a été sélectionnée pour le marathon de Paris "bis", réservé aux...

Culture

Respectivement chanteuse et batteur de Da Break, un groupe programmé ce 12 juillet aux Fêtes escales, Jennifer "Hawa" Zonou et Rémy Kaprielan nous ont...

Culture

Deux soirées et une journée qui installeront dans les mémoires, à n’en pas douter, d’excellents souvenirs. Du 12 au 14 juillet, les Fêtes escales,...

Actus

On comptabilise notamment 265 patrouilles sur des sites repérés comme des lieux de regroupements, en particulier dans le quartier du Centre.

Actus

Michèle Picard a présenté, jeudi 11 juillet, les travaux en cours dans plusieurs structures municipales. Gros plan sur quatre chantiers.