Le site de Courtenay et Arandon sera mis en vente

SSival Courtenay et Arandon

C’était dans les années 70… Les villes de Vénissieux, Vaulx-en-Velin, Bron, Pierre-Bénite et Givors unissaient leurs moyens pour acheter et ouvrir à leurs habitants un site de pleine nature à Courtenay et Arandon, en Isère. Depuis, le SiVal (Syndicat intercommunal pour les vacances et les loisirs) n’a eu de cesse d’entretenir les étangs, les sentiers pédestres, les lieux de pique-nique ou de découverte ornithologique. Sans oublier d’animer le site par des concours de pêche et autres journée plein air. Des générations s’y sont succédé. Mais la donne a changé depuis 2014 et le site sera mis en vente en 2016. Le SiVal sera dissous à la fin de l’année prochaine.
“Les communes  allouent au SiVal un budget annuel total de 140 000 euros, explique Jean-Maurice Gautin, l’adjoint au maire de Vénissieux en charge du Cadre de vie. Une subvention variable selon les 5 communes en fonction de leur population. Vénissieux est le plus gros financeur, avec 40 000 euros.

« Depuis 2014, les nouveaux maires de Vaulx-en-Velin (PS) et de Pierre-Bénite (Les Républicains) ont fait connaître leur souhait de se retirer. Celui de Givors (PCF) le réclamait depuis plusieurs années pour cause de restriction budgétaire. Il ne restait donc plus que Vénissieux et Bron, précise l’élu. C’était impossible à tenir. La décision de dissolution du SiVal a été prise par les maires. Les activités s’arrêteront fin 2016, mais le site sera mis en vente avant. »

Le SiVal emploie trois fonctionnaires, deux à temps plein et un à mi-temps. « Soit ils seront repris par une des villes, soit ils seront mis à la disposition du Centre de gestion de la fonction publique. À moins qu’ils retrouvent un poste par leurs propres moyens. »

Situé à une vingtaine de kilomètres de la cité médiévale de Crémieu, le site va certainement être regretté par un grand nombre de Vénissians. Chaque année, il accueille en effet quelque 20 000 visiteurs et un millier de pêcheurs.

Il reste donc une année pour profiter des deux étangs de 9 et 6 hectares aménagés pour la pratique de la pêche, réservée aux habitants et aux agents des cinq communes, ainsi qu’à certains comités d’entreprises. Rappelons qu’un empoissonnement est fait chaque année avec des carpes, des brochets, des truites et bien d’autres. L’étang nord de 17 hectares constitue une réserve ornithologique : une hutte d’observation est implantée à ses abords. Des jeux d’enfants, des aires de pétanque, des zones de pique-nique et des circuits pédestres sont accessibles.

Une pensée sur “Le site de Courtenay et Arandon sera mis en vente

  • 22 janvier 2016 à 11 h 57 min
    Permalink

    suis vraiment triste de cette nouvelle j’habite Vénissieux et depuis plusieurs années nous allons pratiquement tous les weekend a cet étang mon fils et un passionnes de pèche et pour nous parents nous profitions du calme et du cite exceptionnel il et vraiment dommage de perdre cet endroit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *