Une quatrième bombe neutralisée boulevard Ambroise-Croizat

 20151210_133910b

Et de quatre. En un an, c’est la quatrième bombe datant de la Seconde Guerre mondiale que l’on trouve dans un chantier vénissian. Cette fois-ci, c’est à l’angle du boulevard Ambroise-Croizat et de la rue Paul-Bert, là où se construit l’immeuble Miroir, que des ouvriers ont découvert cet objet plutôt inquiétant.

Le 10 décembre vers 11h30, un employé qui effectuait des travaux de terrassement à l’aide d’une pelleteuse aperçoit dans son « godet » un objet métallique de forme cylindrique, d’environ 1,50 mètres de long. Comprenant qu’il s’agit sans doute d’une bombe, il la repose précautionneusement sur le sol. Aussitôt, la police nationale est prévenue.

« La mairie nous avait averti du risque. Nous savions qu’on en avait déjà trouvé deux de l’autre côté de la rue pendant l’été, et que cela pouvait se reproduire. Les équipes savent donc ce qu’elles ont à faire« , assure Jérémy Girard, ingénieur chez le maître d’ouvrage Art de construire.

Ce que confirme Hubert Molina, patron de l’entreprise de terrassement éponyme, qui travaille sur le chantier du Miroir. « Les ouvriers font attention, ils sont soigneux. Ils savent que le sol est mou et que, s’ils rencontrent une résistance, c’est qu’il y a un risque. »

Une équipe de déminage de la Sécurité civile se rend alors rapidement sur place, afin de séparer la matière explosive du détonateur. Dans le même temps, la police nationale interdit l’accès aux abords du chantier, sans toutefois stopper la circulation. La bombe est recouverte de terre, tandis que les travaux se poursuivent.

Finalement, selon nos confrères du Progrès, l’engin a été transporté ce jeudi 17 décembre sous escorte policière, vers un terrain militaire où il a été détruit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *