Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Un avenir sombre pour Carbone Savoie ?

Après Bosch, Veninov et Renault Trucks, une autre entreprise historique de Vénissieux, Carbone Savoie est en proie aux difficultés. Le groupe Rio Tinto, propriétaire de l’usine de la rue Louis-Jouvet, a en effet décidé de céder ses filiales françaises. 120 emplois sont en jeu à Vénissieux.

DSC3184-560x371

Le groupe Rio Tinto Alcan, auquel appartient Carbone Savoie (qui compte une autre usine à Notre-Dame-de-Briançon, où travaillent 347 personnes), a lancé début mars une “revue stratégique”, dans le but “d’identifier des options permettant de pérenniser l’entreprise”, selon un porte-parole du groupe cité par l’AFP. “Concrètement, explique Pascal Miralles, délégué syndical FO, cela veut dire que Rio Tinto dispose de trois options : conserver les usines, les revendre ou les fermer. De ce que nous savons, la vente des actifs est très sérieusement envisagée. Le groupe a même eu une offre, qui n’a pas été concrétisée. On ne sait pas du tout où l’on va.”

Spécialisée dans la production de cathodes en carbone et graphite destinés notamment à la fabrication de l’aluminium, l’usine Carbone Savoie de Vénissieux, installée sur le territoire de la commune depuis 1898, pourrait donc être amenée, au mieux, à changer de mains. “Nous sommes partis pour un processus très long, poursuit Pascal Miralles. En attendant, Rio Tinto nous a demandé de réduire les coûts de production pour faire face à la concurrence. Sauf que toutes ces incertitudes ne sont pas de nature à rassurer nos clients. Ils passent des commandes sur le long terme, ils ont besoin de visibilité. Résultat, nous perdons des clients et l’entreprise perd de l’argent depuis deux ans.”

Jeudi prochain, l’intersyndicale (FO-CGT-CFDT-CGC) sera reçue par le cabinet du ministre de l’Économie et des Finances, Emmanuel Macron. Les ouvriers, qui craignent également que Rio Tinto Alcan ne soit en train de réaliser “une opération boursière”, rencontreront ensuite le maire de Vénissieux, Michèle Picard. “Nous essayons de mobiliser pour ne pas voir disparaître nos emplois. Pour tout vous dire, nous ne sommes pas vraiment rassurés sur notre sort…”

Et pour cause : depuis le rachat d’Alcan en 2007, le groupe a engagé une restructuration de ses activités en France. Au fil des cessions d’actifs, Rio Tinto est passé de 15 000 personnes employées à moins de 2 200.

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez également

Histoire / Mag

Éminemment rural, le Vénissieux de l’Ancien Régime était peuplé de centaines de paysans. Qui n’étaient pas tous pauvres, tant s’en faut.

Infos commerces

Depuis trois ans, Laurent Cometti a repris le restaurant épicerie "le Porte-Pôt". Rebaptisé "Chez Comet'", il fait le plein tous les midis !

Dossiers

Le dernier conseil municipal s’est ouvert par la présentation de la future piscine Auguste-Delaune. Voici tout ce qu’il y a à savoir sur celle-ci.

Actus

Les nouveaux courts de tennis couverts des Minguettes viennent étoffer le complexe sportif Auguste-Delaune.

Actus

En attendant le lancement, d'ici au mois de juin, du véritable chantier, Sytral Mobilités procède encore à d’importants travaux préparatoires.