Une congrégation de sœurs Carmélites s'installe à Parilly

Le cardinal Philippe Barbarin a présidé ce dimanche 29 septembre la rentrée des catholiques de Vénissieux, et célébré la messe à l’église Sainte-Jeanne-d’Arc de Parilly. Il y était accueilli par le Père Bruno Millevoye, prêtre de la paroisse de Vénissieux, et par de très nombreux fidèles, venus de tous les quartiers. Cette rencontre était aussi l’occasion d’installer à Parilly quatre religieuses de la congrégation des Carmélites Messagères de l’Esprit Saint, et d’inaugurer la maison paroissiale rénovée.Animée par la chorale des enfants de l’église de l’Épiphanie, la messe était placée “sous le signe de la fraternité” , soulignait d’emblée le père Millevoye. Il notait l’importance particulière de cette rentrée paroissiale à Parilly puisqu’elle était l’occasion d’installer quatre religieuses de la congrégation des Carmélites Messagères de l’Esprit Saint. Dans son homélie, Mgr Barbarin remerciait les sœurs « qui vont aider à servir la fraternité » avant qu’à son tour, Mère Maria José do Espirito, fondatrice de la congrégation, n’exprime sa joie et remercie Philippe Barbarin pour l’accueil de la communauté à Vénissieux. “J’ai eu l’occasion de vous rencontrer à Sao Paolo, en 2010. Vous aviez visité notre congrégation”, se souvenait-elle.

À l’issue de la messe solennelle, le cardinal inaugurait —en présence de Michèle Picard, le maire de Vénissieux— la maison paroissiale et le presbytère réhabilités ; chantiers dans lesquels l’archevêché a investi quelque 220 000 euros. C’est dans le presbytère que les sœurs Raquel, Alexandrina, Vanessa et Neide, toutes originaires du Brésil, ont emménagé il y a quelques jours. Quant à la maison paroissiale, elle accueillera de nombreuses activités telles que le catéchisme, l’aumônerie, des réunions, etc.

« Contempler pour mieux évangéliser”, telle est la devise de la congrégation des Carmélites Messagères de l’Esprit Saint, fondée au Brésil en 1984. Le matin est réservé à la vie contemplative et le reste de la journée à la vie apostolique : catéchèse, visite aux familles, aux malades… Les sœurs veulent notamment travailler avec les jeunes pour, disent-elles, « leur montrer que l’église est vivante ». Cette congrégation compte aujourd’hui 230 religieuses dans le monde, réparties en communautés : 18 au Brésil, 11 en Italie, 4 en Espagne et 4 en France à Toulon, Avignon, Saint-Flour et Vénissieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *