Les critères d’admission en crèche vont évoluer vers plus d’équité

“Longtemps la Ville de Vénissieux a été bien placée pour ses capacités d’accueil en équipements petite enfance, mais ces dernières années, notamment du fait de l’augmentation du nombre de familles monoparentales, la situation est devenue plus tendue. » Danièle Gicquel, adjointe au maire (PS) en charge de la petite enfance, ne cache pas les difficultés à répondre à la demande. “Nous offrons des solutions de garde à environ 300 familles aujourd’hui. Mais il faudrait quasiment le double. Ce n’est pourtant pas faute d’investir. Nous ouvrons régulièrement de nouveaux lieux ou bien nous les agrandissons mais cela ne suffit pas.”
Hormis l’augmentation du nombre de familles monoparentales, le principal facteur de tension tient à la préférence des parents pour les établissements d’accueil collectif. Les assistantes maternelles, qu’elles soient indépendantes ou rattachées à la municipalité via les crèches familiales, ont mauvaise presse. “Cela s’explique sans doute par la surmédiatisation de quelques faits divers malheureux, avance Danièle Gicquel. C’est injustifié et c’est dommage car nous avons des places.”
La Ville a néanmoins décidé de faire preuve de pragmatisme. Pour garantir davantage d’équité dans l’accès aux équipements d’accueil collectif du jeune enfant, le conseil municipal a récemment modifié les critères d’admission. À partir de la rentrée prochaine, des “points de priorisation” seront attribués pour les critères suivants : domiciliation à Vénissieux, monoparentalité, bas revenus, parents mineurs, problématiques de santé de l’enfant et/ou des parents, suivi par un travailleur social, fratrie, nouvelle demande. “Ce sont des critères plus sociaux pour essayer de répondre au mieux aux priorités, souligne l’adjointe au maire. Nous espérons que les annonces du gouvernement visant à augmenter l’accès des enfants de 2-3 ans à l’école maternelle vont se concrétiser rapidement. Cela nous soulagerait. Actuellement certains enfants quittent nos crèches à l’âge de 3 ans et demi, ce n’est pas normal.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *