Pour sauver le photovoltaïque, Bosch négocierait avec des partenaires asiatiques

Officiellement, il a filtré très peu d’informations du Conseil de surveillance du 17 décembre dernier qui devait décider de l’avenir des activités photovoltaïques du groupe Bosch. La direction s’est bornée à indiquer que la question avait été repoussée à début 2013. Rien de plus. Mais nos confrères du magazine “Acteurs de l’économie” semblent en savoir beaucoup plus.

Dans un article publié le 17 décembre, Ils affirment que les responsables de Bosch sont divisés sur la stratégie à adopter. Les représentants de la division automobile prôneraient un retrait rapide du solaire, “en faisant valoir que l’activité a accumulé 1,2 milliard de pertes en deux ans et menace l’ensemble du groupe”. Tandis que ceux de la branche solaire demanderaient à l’inverse un sursis. Mais il paraît d’ores et déjà certain que l’activité photovoltaïque qui emploie au total 3000 salariés ne continuera pas ainsi.
Selon le magazine rhônalpin, deux scénarios seraient à l’étude : l’un avec un partenaire coréen, l’autre avec un partenaire chinois. Bosch serait prêt à céder tout ou partie de sa filière solaire.
“Ces infos sont bien trop précises pour qu’elles ne comportent pas au moins une part de vérité”, a réagi Serge Truscello, délégué CGT du site de Vénissieux, où 150 des 200 salariés affectés aux lignes d’assemblage de panneaux photovoltaïques connaissent actuellement des mesures de chômage partiel.
“Acteurs de l’économie” précise dans un article publié le 20 décembre que le délégué CFDT, Marc Soubitez, a été reçu jeudi après-midi par la conseillère Industrie et Énergie d’Arnaud Montebourg. Il aurait “plaidé pour une coopération avec la société Photowatt”, rachetée en mars dernier par EDF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *