Un opéra citoyen au service de tous les citoyens

La signature d’une seconde convention entre la Ville de Vénissieux et l’Opéra de Lyon, ce 18 décembre en mairie, a réuni du beau monde. Outre le maire Michèle Picard et ses adjoints, outre Serge Dorny, le directeur de l’Opéra, et son équipe, on reconnaissait Aimée Dubos, la préfète déléguée à l’égalité des chances, arrivée en poste le 4 décembre dernier, Farida Boudaoud, vice-présidente du Conseil régional déléguée à la culture et à la lutte contre les discriminations, ainsi que Claude Dietrich, déléguée académique à l’action culturelle.Vénissieux, commence Michèle Picard, assume et respire la culture, « une culture qui résiste, qui interroge et qui nous construit ». Cette convention fait donc suite à celle qui, de 2009 à 2011, a fait vivre « une étroite collaboration » entre les deux partenaires. « C’est un véritable travail de terrain qui s’est engagé avec les équipements culturels, les associations et les habitants (…) Pour l’année 2011/2012, 16 enfants vénissians ont intégré la Maîtrise sur la centaine qui la composent. Six habitent en territoire CUCS et neuf sont issus de familles modestes. Très encadrés, ils bénéficient d’aides financières en fonction de leurs ressources familiales. »
Michèle Picard énumère les jalons de ce jumelage : à côté de l’intégration à la Maîtrise de petits Vénissians, elle cite les deux volets du projet participatif Kaléidoscope, « l’Opera nell’Opera », la participation au festival Fêtes escales et l’Opéra à l’école. Elle donne le chiffre de 200 000 euros, « budget global pour la Ville des actions de l’Opéra, qui tient compte des mises à disposition de personnel, salles et matériel ».
Elle conclut : « Nous travaillons à un projet d’installation de la préfabrique Opéra, qui devrait voir le jour en 2014 à proximité du futur lycée Jacques-Brel. Il va regrouper toutes les activités techniques : costumes, décors, activités de répétitions d’orchestre, chœurs, ballets. »
Serge Dorny réaffirme ensuite sa volonté de poursuivre « une politique et des actions d’excellence et d’ouverture : un Opéra citoyen au service de tous les citoyens ». Il parle d’« une relation quasi naturelle avec la commune, avec les ateliers de décors de l’institution situés au Moulin-à-Vent » avant d’ajouter : « l’Opéra est aussi vénissian ! »
Enfin, la préfète rappelle combien le projet de Fabrique de l’Opéra est cher au préfet Jean-François Carenco. « Il a retenu 1 million d’euros sur la DSU (Dotation de solidarité urbaine) pour l’année 2013, signe très fort de l’intérêt de l’État. C’est un projet exemplaire ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *