Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Rue Dreyfus, le centre Adelaïde-Perrin s’agrandit

À l’angle des rues Dreyfus et Gambetta, un chantier important est lancé depuis cet été : l’association Adélaïde-Perrin construit là un Foyer de vie pour personnes en situation de handicap à la retraite et ayant travaillé en ESAT (Établissement et service d’aide par le travail). Trente personnes devraient intégrer cet établissement fin 2013 ou début 2014.
L’association Adélaïde-Perrin gère des lieux d’hébergement pour des adultes en situation de handicap mental ou psychique : à Lyon, dans les quartiers d’Ainay et de La Confluence, et à Vénissieux, rue Alfred-Dreyfus, où résident dix-huit personnes. Treize travaillent dans la journée en ESAT (Établissement et service d’aide par le travail) ; les cinq autres s’occupent de la lingerie, sur place. « Nous séparons l’hébergement du travail, précise M. Quetard, chef de service. C’est pourquoi ceux qui ne peuvent pas travailler en ESAT ont une réelle activité en centre d’activité de jour (CAJ) avec des horaires à respecter, tout en en veillant à s’adapter au rythme de la personne ».
La particularité du foyer de la rue Dreyfus est l’accueil des couples : «  Ils sont cinq, deux qui vivent en appartement et trois qui ont une grande chambre ». Chacun des résidents a un projet individuel d’accompagnement. Sur place : six éducateurs, une maîtresse de maison et une monitrice d’atelier se partagent le travail 7j/7, 24 h/24. S’ajoutent à l’équipe deux veilleurs de nuit. La maîtresse de maison s’occupe notamment de la cuisine, aidée par les résidents, et les accompagne si besoin dans la gestion de leur ménage. « Son rôle consiste à faire et à faire avec eux», insiste M. Quetard.
Aujourd’hui, il existe encore peu de structures type « maison de retraite » pour accueillir les retraités en situation de handicap. « L’établissement que nous construisons permettra l’accueil de 30 personnes à partir de 55 ans, ayant travaillé en ESAT. Elles seront hébergées dans de grandes chambres individuelles et auront accès à des lieux collectifs. Et les couples seront admis. » Des éducateurs ainsi que des animateurs les accompagneront. Car comme pour les valides, la retraite est un vrai bouleversement. « La vie professionnelle est bien rythmée, cadencée avec des horaires adaptés… et du jour au lendemain, c’est le vide. Cela peut provoquer chez certains des troubles plus importants. C’est pourquoi nous devons les préparer et les accompagner dans ce changement. Nous souhaitons qu’ils vivent ici le plus longtemps possible. Et s’ils se trouvent en état de dépendance, ils peuvent être dirigés vers le centre médicalisé d’Ainay. »

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Culture

Début juillet, des jeunes des EPJ Léo-Lagrange et Parilly ont tourné un court-métrage dans le cadre des ateliers de La CinéFabrique. Le montage est...

Actus

Dans le cadre des animations d’été, les habitants ont pu peindre l’esplanade du boulevard Komarov, au quartier Pyramide.

Actus

Pendant plus de trente ans, de 1985 à 2015, les archéologues ont multiplié les chantiers de fouilles à l’intérieur et autour du vieux Bourg...

Actus

Après un 14 juillet caniculaire, les Fêtes escales se sont poursuivies avec deux soirées enjouées ayant attiré un public chaleureux.

Actus

La Métropole de Lyon, en lien avec les communes qui la composent, a publié une carte des lieux frais. À Vénissieux, plusieurs options existent...