Airs populaires

Une moustache, un nez de clown, une casquette, un voile de mariée… et hop ! ça vous change un homme. Des accessoires de ce style, les deux compères de la Compagnie Mama mia en possèdent de toutes sortes car un rien suffit à les travestir. Mais le rôle qu’ils possèdent le mieux, c’est celui de facteur du SPCI. Comment ça, ça ne vous dit rien, SPCI ? C’est le Service postal clandestin itinérant, grâce auquel ils délivrent leurs “mots éventés”. Itinérant et hilarant.
Nous sommes dans le parc Dupic, en ce 14 juillet. Selon une habitude bien ancrée, en famille et entre amis, de très nombreux groupes pique-niquent sur la pelouse. La météo est idéale. Chaises longues et parasols tricolores sont installés. Les espaces jeux et lecture ne désemplissent pas. Certains se sont laissés entraîner dans une sieste alanguie dont va les sortir la fanfare des Gars de la marine. Je cherche Michèle Picard. Savez-vous où s’est installée Mme le Maire ? Elle est là-bas, sous les arbres, occupée à une partie de coinche avec des amis. On peut vous déranger ? Oui, attendez juste la dernière donne.
“- Mme le Maire, quelques adjectifs pour caractériser ces Fêtes escales ?
– Conviviales, populaires, variées. Musicalement très variées.
– Quel spectacle avez-vous préféré ?
– Je les ai bien aimés, tous. Mais je reconnais avoir un faible pour la prestation de l’Opéra. Vous avez remarqué qu’il y a beaucoup moins de pétards (on opine) ? Le travail qu’on mène depuis des années commence à avoir de l’impact, c’est une vraie satisfaction.”
Un brin de causette avec Michèle Picard, un café avec Yolande Peytavin, sa première adjointe venue en famille, et on s’éclipse. Les Ardéchois de Duo du balcon lancent les premières mesures de leur bal folk. Ils vont faire tournoyer les danseurs de tous âges qui prennent visiblement un plaisir fou.
18 heures. L’heure de la dictée républicaine. Sur l’estrade, Thierry Renard est entouré d’une nuée de gamins, dont un adorable feu follet prénommé Carla. En ce jour où le peuple se souvient de la prise de la Bastille, le poète a choisi avec à-propos un extrait de Jean-Jacques Rousseau dont on célèbre le tricentenaire de la naissance. Son choix s’est porté sur “Du Contrat Social ou Principes du droit politique”, écrit en 1762. Sur l’herbe verte, le silence s’est fait. À toi, Thierry.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *