La fibre optique en vue, mais quand ?

Alors que tous les arrondissements de Lyon ont été « fibrés », Vénissieux attend encore l’arrivée du très haut débit. Si une délégation de service public a été votée par le Grand Lyon, les opérateurs planifient de leur côté leur « fibrage » des quartiers, au risque que les questions de rentabilité guident le déploiement du réseau.


La fibre optique. Le Graal pour les geeks et les technophiles. Un impératif pour de nombreuses entreprises, désireuses de transférer vite et bien leurs données. Entre le haut débit et le très haut débit, la différence se mesure souvent par une image : elle revient à comparer une autoroute à deux voies à une autoroute à six voies. Une technologie désirée, donc, mais… qui se fait attendre à Vénissieux. “Bon d’accord, mais la fibre optique, c’est quoi ?”, demanderont certains. Développée dans les années soixante-dix, constituée d’un fil fin et souple comme un cheveu, cette technologie conduit les informations à une vitesse très élevée, en ne subissant ni affaiblissement ni perturbation électromagnétique. Contrairement aux câbles haut débit actuels, qui perdent en intensité au bout de quelques kilomètres. La vitesse d’une connexion internet est ainsi amenée à dépasser les 100Mbit/s, contre 20Mbit/s, (grand) maximum aujourd’hui.
Mais amener la fibre optique dans les foyers, cela représente un coût. Les opérateurs doivent d’abord installer un réseau “horizontal”, dans l’espace public. Ce qui engendre des travaux. Puis, dans les habitations, un réseau “vertical” : de la rue à la porte du logement. Qu’importe : Orange annonce son intention de couvrir 10 millions de foyers français d’ici à 2015, et 15 millions en 2020. Dont 95 % des foyers rhodaniens.

Le Grand Lyon créé une délégation de service public
En juin 2010, le Grand Lyon se saisit du dossier. La communauté urbaine vote une délibération visant à acquérir, exploiter et mettre à la disposition des usagers les infrastructures nécessaires à la diffusion du très haut débit dans toute l’agglomération. Pour ce faire, elle envisage d’agir en tant qu’opérateur d’opérateurs : avec une enveloppe de 65 millions d’euros, il s’agirait d’agir en complémentarité avec les opérateurs, afin que toutes les zones du Grand Lyon soient fibrées, même celles vers lesquelles les opérateurs ne vont pas nécessairement, faute de rentabilité. Voilà pour les zones denses, dont fait partie Vénissieux. Pour les zones moins peuplées, Orange et SFR annoncent, fin décembre, qu’ils se partageront le fibrage des communes concernées, pour réduire les coûts.
Mais entre temps (un an et demi tout de même), le dossier des zones denses – Lyon exclus – avance peu : si les halls des habitations de la capitale des Gaules voient se multiplier les panneaux “La fibre optique arrive dans votre immeuble”, à Vénissieux, rien, que dalle, wallou. “Il n’y a pas encore d’accord avec les opérateurs, confirme-t-on à la communauté urbaine. Dans le cadre de la délégation de service public, on ne peut s’engager sur une date.”

Orange annonce un premier immeuble raccordé en 2012
La précision “dans le cadre de la délégation de service public” n’est pas anodine. Du côté des opérateurs, et en particulier du côté d’Orange, (l’opérateur qui dispose -et de loin- des plus grands moyens techniques et financiers), un plan indépendant de développement de la fibre est en route. “Concernant Vénissieux, notre ambition est de couvrir 100 % du territoire d’ici à 5 ans, explique Denis Roussilat, directeur régional d’Orange. Le chantier a démarré en 2011, tout devrait donc être terminé en 2016. Et cet objectif est valable pour les particuliers comme pour les entreprises. Notre plan de développement débute par le nord de la ville, c’est-à-dire le quartier du Moulin-à-Vent. Actuellement, nous avons développé environ 10 % du réseau horizontal. Nous pourrions atteindre 20 % d’ici à la mi-2012.” De quoi espérer un premier raccordement de foyer à la fibre optique rapidement ? “Nous commençons à réaliser des études avec certains syndics de copropriété. Un premier immeuble pourrait être effectivement raccordé au cours du deuxième trimestre.”
Alors, Vénissieux sera-t-elle raccordée à la fibre optique sans passer par la délégation de service public du Grand Lyon ? Théoriquement possible, mais cela présente des risques. “Les opérateurs risquent de se réserver les zones les plus rentables, et de laisser à la charge du Grand Lyon celles qu’ils ne considèrent pas comme prioritaires, estime Pierre-Alain Millet, adjoint au maire de Vénissieux et conseiller communautaire. Ce serait catastrophique pour la communauté urbaine et remettrait en cause la délégation de service public.”

Plus d’abonnés bas débit que de “fibrés”
Aujourd’hui, selon l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes), quelque 154 000 foyers français sont abonnés à une offre très haut débit. Sur environ 1,21 million de logements raccordés ! C’est dire si la fibre optique en France avance lentement. Et encore plus si l’on compare ce chiffre à celui des abonnés “bas débit” (telle la “mamie du Cantal”, chère au P-DG d’Orange, Stéphane Richard) : ce type d’accès, dépassé techniquement, concerne encore 361 000 logements, soit plus de deux fois plus. Évidemment, les courbes de progression de ces modes de connexion sont inversées : moins 35,1 % pour le bas débit, plus 71,9 % pour le très haut débit. Reste à savoir dans quelles conditions ce développement se fera à Vénissieux.

4 pensées sur “La fibre optique en vue, mais quand ?

  • 10 janvier 2016 à 21 h 25 min
    Permalink

    Ce qui est triste à Vénissieux est que les abonnées qui sont raccordés à certain NRAHD, permettant d’atteindre de bon débit, se font déconnecter par Orange, pour laisser de la place au nouveaux immeuble du centre de Vénissieux. débit de 20Mb remplacer par un débit de 5 à 6 Mb, avec la connexion au central quand le temps est sec .. Alors les grandes publicité sur la fibre …

  • 7 décembre 2015 à 22 h 17 min
    Permalink

    Un autre article sur le sujet serait vraiment le bienvenu comme le commentaire précédent l’a affirmé. Les débits internets sur Vénissieux sont risibles, il est temps que cela change !

  • 20 août 2015 à 13 h 57 min
    Permalink

    Un prochain article sur la fibre à Vénissieux étant donné que celui a trois ans de demi et que les changements sont peu visibles sur ce sujet.
    Cordialement

  • 17 juin 2013 à 22 h 18 min
    Permalink

    Trés bon article,Le truc qui fait peur a l’heure actuelle c’est l’incompétence d’orange a demenager les abonnés du bas de Venissieux ,j’entend par la ,tout le quartier allant de Jules Guesdes a Parilly ,plus precisement tout les malheureux abonnés (dont je fais parti) qui sont actuellement et on se demande pourquoi reliés sur BAC69 …NRA du bachut a lyon 8eme ,soit en moyenne a 3.5Km voir 4Km de chez nous ,alors que depuis 5 ans un NRA PI69 est ouvert prêt du Peripherique (600 Metres de chez nous),ce qui a mon avis nous donnerais certainement plus de debits que les 349Ko/s pourries auquel on a droit en payant un abonnement Full tarif depuis des années.
    A noter que BAC69 dessert 50000 lignes et est rempli a raz les oreilles,une migration du bas de venissieux vers le PI69 libererait grandement BAC 69 … et offrirait un bon debit aux lésés habitant aprés carrefour venissieux.
    pour resumer ,j’espere que les potentiels fibreurs ne nous laisserons pas en zone morte des dizaines d’années en favorisant le plateau des minguettes (équipés d’un NRA a débit suffisant) ,mon cas est aussi celui de quelques milliers de personnes vivant dans le bas de venissieux ,donc si quelqu’un de chez orange ou du Grand Lyon lis cela et a un povoir decisionel quelqconque pour faire bouger les choses ,merci par avance .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *