Veninov : “Nous ne sommes pas morts”

Ce matin, environ 120 personnes se sont réunies sur le site de Veninov, rue Eugène-Maréchal. “C’est important d’être là, estimait Stéphane Navarro, délégué syndical CGT. Les choses bougent, les négociations entre le liquidateur judiciaire, le fonds de pension américain Gordon Brothers et le principal candidat à une reprise, Windhager-Garden, se poursuivent. Nous ne sommes pas encore morts !”
La veille, le Grand Lyon avait décidé d’allouer une subvention de 70 000 euros, afin d’assurer le gardiennage et de permettre de faire redémarrer le chauffage, pour protéger l’outil de travail. “L’établissement des contrats est en cours, précise à ce sujet Bernard Dhennin (CFDT). Les clients, eux, sont toujours là, et attendent que l’on puisse redémarrer notre production.”
“On peut être fiers du combat mené, a pour sa part déclaré Michèle Picard, maire de Vénissieux. Les collectivités territoriales mettent la main à la poche (N.D.L.R. : mi-décembre, le Conseil régional a également versé 70 000 euros). Je tiens à le préciser que la ville de Vénissieux contribue avec les compétences qui sont les siennes à la valorisation du site (nettoyage et entretien), pour une somme qui se situe entre 10 000 et 15 000 euros.” Et d’en appeler, une nouvelle fois, à une “prise de ses responsabilités” de la part de l’État : “Nous refusons que les salariés soient sacrifiés sur l’autel de la finance.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *