Un quatrième contrat enfance et des places supplémentaires en crèche

La Ville s’apprête à signer avec la Caisse d’allocations familiales de Lyon un nouveau contrat enfance jeunesse, pour la période 2011/2014. Quatrième du nom, ce CEJ a l’objectif de poursuivre les efforts engagés depuis 1993 pour optimiser l’accueil des plus jeunes. “Entre les crèches municipales et les crèches associatives, l’offre actuelle à Vénissieux se monte à 354 places, précise Danièle Gicquel, adjointe au maire en charge de la petite enfance. Une place pouvant être utilisée par 3 ou 4 enfants, on accueille 1297 enfants.” Avec ce nouveau CEJ , l’offre s’enrichira de 27 places… et peut-être même 32 puisqu’il est possible que Musicaline gagne aussi 5 places.

Le programme du 4e CEJ a été présenté au conseil municipal du 2 mai. La capacité de Saperlipopette va doubler, passant de 12 à 24 places grâce à l’agrandissement de la structure. Les crèches Carrousel, Graine d’Eugénie et Moulin à Malices vont respectivement augmenter leur accueil de 6, 5 et 4 places. “Cela équivaut à un nouvel équipement, insiste l’adjointe au maire. Nous allons également renforcer les relais d’assistantes maternelles. Pour l’instant deux animatrices sont chargées de l’accueil des assistantes maternelles et des parents en quête d’une nourrice agréée. Deux animatrices supplémentaires vont agrandir l’équipe, qui devrait venir s’installer rue du Château, à la place du restaurant du Foyer Soleil. Des points relais sont prévus dans les quartiers.”

Concernant les plus grands, ce nouveau CEJ va permettre d’ouvrir les Maisons de l’enfance une semaine de plus en août. “On en construit aussi deux nouvelles, rappelle l’élue, en lieu et place d’équipements existants : la maison de l’enfance Joliot-Curie s’adressera aux 3/12 ans et celle des quartiers Max-Barel, Charréard et Pasteur accueillera les 6/12 ans (en remplacement des structures de Max-Barel et du Monery).” Ouvertures prévues en septembre 2013.

Ces projets représentent d’importantes avancées. Ils ne permettent pourtant pas de répondre à toutes les demandes, d’autant que l’Education nationale laisse de plus en plus les tout-petits à la porte de l’école : “À Vénissieux, pour cette année 2010/2011, 65 enfants de 2 ans ont été refusés en maternelle, souligne Danièle Gicquel. Du coup, les famille se tournent vers la ville. Mais malgré nos efforts, on ne peut donner satisfaction à tous.” “Il est bon de rappeler qui détruit et qui construit l’avenir de notre pays, insiste aussi le maire, Michèle Picard. Pour moi, ces projets ne représentent pas un coût mais sont le signe fort d’une politique volontariste au service des habitants, de l’amélioration de leur vie quotidienne et des enfants de Vénissieux.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *