Bataille des retraites : en attendant demain…

Le rendez-vous demain pour la manifestation lyonnaise est fixé à 14 heures, au départ de la place Jean-Jaurès, dans le 7e arrondissement. L’intersyndicale espère égaler voire dépasser la mobilisation du 12 octobre, où 45 000 personnes avaient défilé entre Monplaisir et Bellecour.
En attendant, salariés et lycéens maintiennent la pression.
Environ la moitié des lycéens de la cité scolaire Sembat-Seguin de Vénissieux ont décidé ce vendredi matin de poursuivre le mouvement. Comme ils l’avaient déjà fait hier, ils ont rejoint leurs camarades grévistes du lycée Lumière à Lyon. Un rassemblement départemental des lycéens était prévu à 13 heures, place Bellecour.
Au lycée Jacques-Brel en revanche, seuls une cinquantaine d’élèves étaient encore en grève ce matin, contre environ 200 hier.
Dans les entreprises, les syndicats s’organisent pour mettre en place des opérations communes. Comme ce matin, à 7 heures, devant les grilles de Bluestar Silicones à Saint-Fons : près d’une centaine de travailleurs de la chimie, venus des usines voisines (Arkema, Rhodia recherche, Rhodia Belle-Étoile…), se sont rassemblés quelques heures. “Tout le monde ne peut pas se lancer dans une grève reconductible, observait Gérard Vaysse, délégué CGT de Rhodia recherche. On essaie de diversifier les actions, de sorte que tout le monde puisse y participer à son niveau de possibilité. Les travailleurs des différents sites se rencontrent, échangent, c’est intéressant. Et surtout on reste dans l’action, on ne lâche pas.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *