Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Culture

Des centaines de choristes au Moulin-à-Vent

L'enseignement d'Eduardo Lopes à partir des danses des Indiens du Brésil

Ce 25 septembre, ils étaient une centaine de vocalistes à se retrouver à l’école de musique annexe du Moulin-à-Vent. Issus de l’Association musicale populaire, de la Chorale populaire de Lyon, de celle de Givors, de la Clé des chants et de De bouche à oreilles, tous niveaux confondus, ils ont suivi toute la journée les formations d’Anne-Christine Heer-Thion, Laurence Tavernier, Élisabeth Grard et Eduardo Lopes.
Si Anne-Christine Heer-Thion a beaucoup insisté sur la respiration et l’inspiration, elle a su également replacer les élèves dans le contexte du concert : “Il est le résultat de ce que vous avez travaillé. On entend souvent : le jour du concert, il y aura un truc magique ! Le magique, vous le préparez avec votre chef. Ce n’est pas un heureux hasard.”Après le cours, elle explique : “Nous voulions donner aux choristes les moyens de se sentir à l’aise. Et aussi des outils pour mieux chanter face à un public. De la technique, des postures, et montrer qu’il est nécessaire qu’il y ait de la communication entre eux. La finalité étant un plaisir à partager.”
Le but est le même mais l’enseignement d’Eduardo Lopes est complètement différent. Il préfère utiliser les danses des Indiens du Brésil, d’où il est originaire, pour établir une communication entre les choristes. La technique de la flèche et de la coupe a dû en surprendre plus d’un. La vingtaine de personnes suivant cet atelier du matin avance à grands coups de “Hey ! Hey !”, recule avec des “Ho ! Ho !”, avance et recule à nouveau jusqu’à ce trouver en contact avec le groupe d’en face. On semble à ce moment-là très loin du chant choral et, pourtant, la méthode fait ses preuves. Là encore, le plaisir est partagé par tous.
Créateur de la Chorale populaire de Lyon, Francis Jaquet insiste : “Le chant choral permet de se connecter aux autres comme à de vastes auditoires réceptifs au message porté par la musique.” Neuf sur dix de ses choristes ne connaissent pas le solfège, seulement le plaisir de chanter. Il en profite pour passer un appel : la Chorale populaire recherche des ténors et des basses. “Les inscriptions sont ouvertes pour un programme qui fait une large place à de jeunes compositeurs et à des auteurs locaux, comme Michèle Rouby qui fut enseignante à Vénissieux et dont le poème “J’arrive d’un endroit”, mis en partition par Claude Hermite, a reçu un accueil chaleureux à Lyon.”
Les répétitions ont lieu à l’école de musique annexe du Moulin-à-Vent, 20, rue Pierre-Brossolette, chaque mardi de 20 heures à 22h30.
Contact : 04 78 73 46 28 (laissez vos coordonnées si répondeur) – www.chopoly.fr

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Histoire / Mag

S’attabler pour boire son café ou pour se régaler d’un bon plat ne date pas d’hier à Vénissieux. Il fut même un temps où...

Histoire / Mag

Les rues de Vénissieux étaient autrefois équipées de balances publiques monumentales, semblables à celles que l’on trouve encore aujourd’hui dans certains villages. Regard sur...

Express

La Ville va mener du 25 juin au 31 août une campagne de capture des chats errants vivant en groupe, non identifiés et sans...

Actus

Lancé à titre expérimental en octobre dernier pour une durée d'un an, le dispositif Territoire zéro non-recours (TZNR) dresse un premier bilan.

Actus

L'assemblée générale du conseil de quartier Moulin-à-Vent/Georges-Lévy/Ernest-Renan, que préside Samira Mesbahi, a fait le plein. Plus de cent personnes étaient présentes pour évoquer la...