Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Culture

Défilé de la Biennale de la danse : «Parler debout» en mots et en rythmes

Photo : © F. Rol

Beaucoup de rose dans les rues de Lyon, dimanche dernier, pour le 8e défilé de la Biennale de la danse. Et beaucoup d’énergie pour le groupe de Vénissieux, qui se faisait l’écho des mouvements sociaux. Chorégraphié par Fred Bendongué, il s’est fait remarquer par son enthousiasme et son insolence. En tête du cortège vénissian, la 4L rouge conduite par Marc Bernard ouvre le bal. Logique comme une Traction Avant. La voiture, coiffée d’une bouche entrouverte géante, a les yeux qui clignotent et ses passagers agitent la main en signe de bienvenue. S’avancent ensuite les enfants jongleurs, tout de blanc vêtus et les femmes tambour, bientôt suivies par les porteurs d’eau couverts de boudins roses et violets. Enfin, avec mégaphones et grands manteaux noirs, les Jokers annoncent le chœur. En créole, ils avertissent : «Je suis là !» «Je suis debout !» Le chef de file Fred Bendongué harangue ses troupes. Regards impérieux et injonctions du bras animent sa longue silhouette. Le gros de la troupe, vêtu des costumes bigarrées de Malika Mihoubi, survient alors. La foule scande, «parle debout», bruyante, enjouée. Elle martèle des slogans. Bref elle manifeste, en mots et en rythme. Car tout n’est pas rose, même dans une parade qui se veut enthousiaste, en écho au thème « La vie en rose ».
Chorégraphe du défilé vénissian, Fred Bendongué a voulu faire écho aux mouvements sociaux qui font de la rue un lieu d’expression populaire, des plus récents à ceux qui ont agité ses chères Antilles l’an dernier. L’énergie est palpable, la colère n’est pas loin. En clôture du groupe, le camion chargé de banderoles colorées enfonce le clou. Et là non plus, il n’y a pas que du rose.
Les Vénissians n’auront pas été les plus nombreux du cortège, mais bien ramassés, concentrés, il se sont fait entendre. Comme des manifestants convaincus en somme.

Pascaline Terelli

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Culture

Plus encore que “Parler debout” -thème que s’est donné le défilé vénissian de la Biennale de la danse-, on pourrait dire que le véritable...