Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Culture

Un héros de BD en chair et en os

Patrice Pellerin, auteur de "L'Épervier", et Aurélien Wiik, son interprête

Parce qu’ils ont sympathisé il y a trois ans, Stephan Martinez, responsable de la programmation culturelle à la médiathèque Lucie-Aubrac, a décidé d’inviter le comédien Aurélien Wiik. Lui, vous l’avez forcément croisé au détour d’un film (“Arsène Lupin”, “Tu vas rire mais je te quitte”, “Secret défense”, “Un homme et son chien”) ou d’une série (“Le juge est une femme”, “Les rois maudits”). À moins que ce ne soit sur une scène de théâtre.Aurélien tourne en ce moment en Bretagne, pour France 2, “L’épervier”. Cette série télévisée en six épisodes, qui est dirigée par Stéphane Clavier (le frère de Christian), est adaptée d’une bande dessinée de Patrice Pellerin, dont il est le scénariste et le dessinateur. Lequel est venu à la médiathèque parler des aventures de son corsaire du XVIIIe siècle, tandis qu’Aurélien Wiik racontait les anecdotes d’un tournage épique (les costumes, les chevaux, le bateau d’époque parfois couché sur les flots), où il était entouré de Lou Doillon, Martin Lamotte et de quelques autres.
Au départ, a expliqué Patrice Pellerin, on lui avait proposé de reprendre les personnages du pirate Barbe-Rouge et de son fils Éric le Rouge, créés par Charlier et Hubinon. Éric est devenu l’Épervier. Les deux premiers albums se vendent très bien et le personnage est lancé. “J’ai écrit une histoire tout public à l’époque des bédés d’auteur”, remarque Patrice Pellerin qui revendique « une absence d’images trop dures ou trop crues quand on s’adresse à un public adolescent”. Il ajoute : “La suggestion permet d’aller plus loin. Le lecteur va donner plus ou moins de force à ce qu’il lit.”
Patrice Pellerin compare sa bande dessinée avec ce qu’il a pu voir du tournage de la série télévisée : “Dans mes albums, on trouve de l’aventure avec du romanesque. Je ne dispose que de 46 pages par épisode. La série, c’est du romanesque avec de l’aventure ! J’ai esquissé des choses, ils y ont mis de la chair.”
Le dessinateur apprendra encore au public qu’il reçoit régulièrement des courriers avec des photos, de personnes désireuses d’apparaître dans ses bandes dessinées. “Beaucoup de policiers et de gendarmes, pas des flics de base mais des gradés, veulent jouer des méchants.”
La série n’est pour l’instant pas encore programmée.
“Il me reste encore quinze jours à tourner, intervient Aurélien Wiik, et tout doit être prêt pour fin novembre. Mais on ne pourra connaître la date de diffusion à l’antenne qu’à moins de trois semaines de cette date. c’est l’une des règles du CSA.”

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

Ce mercredi, Michèle Picard a déposé en Préfecture plus de 2500 cartes-pétitions, signées par les habitants de Vénissieux. L’objectif ? Défendre le droit et...

Actus

Les Vénissians sont conviés, les 10 et 11 décembre, à participer à la plantation du second boisement urbain de la commune, dans le quartier...

Actus

Outre la traditionnelle Fête de la solidarité, cette fin d'année sera marquée par l'organisation, au centre-ville, d'un marché de Noël.

Actus

L'école Anatole-France et la maison de l'enfance ont reçu le Spatiobus du Centre national d'études spatiales (CNES). De quoi créer des vocations.

Express

Les centres sociaux des Minguettes lancent pour la troisième année consécutive des boîtes solidaires de Noël. Jusqu’au 20 décembre, les habitants qui le souhaitent peuvent...