Carlos Soto : son quartier de Séville

Parti de Séville à 10 ans, notre confrère Carlos Soto, correspondant sportif au Progrès depuis de nombreuses années, a vécu à Vénissieux de 1971 à 2013. Dans Le Passant sévillan, il raconte son enfance andalouse, secouée de drames, dans un premier roman à son image : solide, chaleureux et sympathique.

Lire la suite