Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Pour la réouverture des urgences la nuit : réunion publique ce vendredi

Cette réunion est organisée par le comité de défense CGT Portes du Sud, avec les villes de Vénissieux, Feyzin, Saint-Fons et Corbas.

Photo Emmanuel FOUDROT

Depuis le 6 mars, les urgences de l’hôpital des Portes du Sud sont fermées de 22 heures à 8 heures du matin. Une fermeture prévue pour six mois, due à un manque cruel de personnel : “Nous avons besoin de 13 médecins à temps plein pour faire tourner le service, et actuellement nous en avons 6,5 en CDI, expliquait dans nos colonnes Claire Ravier, directrice des Portes du Sud.  Concernant les 6,5 qui nous manquent, nous les trouvons en remplacement, mais nous n’arrivons pas à couvrir l’ensemble de nos besoins. Nous avons aussi une pénurie d’infirmiers. Il manque actuellement 30 % de l’effectif.

Le comité de défense CGT Portes du Sud s’est mobilisé contre cette fermeture, notamment en rencontrant les maires des quatre communes concernées : Vénissieux, Corbas, Saint-Fons et Feyzin. Ensemble, ils ont décidé d’organiser une réunion publique, le vendredi 16 juin, à 18 heures, à l’hôtel de ville de Vénissieux, pour réfléchir et partager les actions à mener pour obtenir un engagement ferme sur la réouverture des urgences.

« Le droit universel à la santé n’est plus garanti et il y a aujourd’hui des inégalités intolérables entre ceux qui peuvent accéder aux soins et ceux qui ne le peuvent pas, estiment-ils dans un communiqué commun. La santé est notre bien commun, et elle est, à travers le régime de la Sécurité sociale, l’un des piliers de notre République, une et indivisible. L’urgence de la situation exige la mobilisation de toutes et tous. »

Depuis le 6 mars, en cas d’urgence nocturne, les patients du Sud-Est lyonnais sont réorientés dans les différents hôpitaux de l’agglomération, avec toutes les contraintes et les difficultés que cela peut engendrer.

1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Dr REBOLI

    5 juin 2023 à 16 h 21 min

    Peut etre que dans le public, on pourrait commencer a payer les salariés à un prix qui prenne en compte les années de formation la pénibilité et le travail de nuit et jours fériés pour commencer !!
    Et si vous souhaitez que des remplaçants médecins vienne ou revienne…faudrait juste abolir la loi Rist…car bosser des 24h pour 25€/h net env. c’est JAMAIS !!
    A ce prix, on va elever des chèvres en corse ou vendre des chouchou a la plage…

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez également

Portraits

Depuis 25 ans, Josy Ingargiola travaille comme bénévole au Secours populaire de Vénissieux, dont elle fut la responsable pendant 15 ans.

Actus

Le député sortant, Idir Boumertit, qui part sous la bannière du Nouveau Front Populaire, sera opposé à cinq autres candidats, dont deux d'extrême droite.

Actus

Ce 19 juin, les élèves des ateliers Henri-Matisse exposaient leurs productions de l'année à la salle Irène-Joliot-Curie.

Actus

« La commémoration de cet appel s’inscrit dans un contexte lourd de menaces », a souligné le maire, Michèle Picard. 

Culture

Face à la morosité ambiante, la Machinerie (qui regroupe le Théâtre et "Bizarre !") mise sur la légèreté pour sa prochaine saison.