Qi Gong, l’énergie du bien-être

Toutes les semaines, une vingtaine de personnes se réunit au gymnase Jean-Guimier pour pratiquer le Qi Gong, une forme de gymnastique traditionnelle chinoise fondée sur la connaissance et la maîtrise du souffle. Reportage.

Travailler sur son énergie vitale, prendre conscience de soi-même, ressentir ses besoins les plus profonds, tels sont les objectifs du Qi Gong. Chaque semaine, l’association Accords et corps donne rendez-vous à une vingtaine de personnes au gymnase Jean-Guimier, principalement des retraitées.

« Qi’ — prononcer ‘Tchi’ — veut dire ‘énergie’ et Gong ‘circulation », explique Michèle Poncet, la présidente. Le principe consiste à faire circuler l’énergie dans le corps avec des mouvements lents. Les pratiquants apprennent par exemple l’auto-massage du front, des tempes, du tour des yeux, du nez… L’objectif, c’est la détente et le lâcher-prise, mais aussi l’équilibre et donc la prévention des chutes. » Une manière aussi de mieux connaître son corps. « Quand j’étais institutrice, je stressais beaucoup, confie-t-elle. Si je me cognais le coude contre un mur, je ne faisais pas attention à la douleur, je ne la sentais pas. Le Qi Gong m’a appris à prendre soin de mon corps, à le découvrir et à l’écouter ».

Dans la salle, la petite vingtaine de pratiquants effectue des mouvements avec une lenteur toute calculée. « On monte la main vers le ciel, on s’arrête aux hanches (…) La main droite va pousser vers la terre et la main gauche va pousser vers la terre », demande l’animatrice, Dany Angiono d’une voix douce. Face à elle, les visages sont concentrés. La musique indoue ajoute une touche de spiritualité à l’ambiance studieuse. « Ces exercices étaient fait pour renforcer notre élément terre, le bassin, pour s’enraciner », leur indique-t-elle. Avant de nous préciser que « le Qi Gong est fait pour régénérer les gens. On travaille sur les plans énergétiques, psychologiques et, c’est essentiel, sur le souffle. On réapprend aux gens à respirer ».

Stimuler le système immunitaire

Petite pause. Nous en profitons pour discuter avec les pratiquants. « Ce que m’apporte le Qi Gong  ? Du bien-être, de la détente, le plaisir de se retrouver… Et puis on s’encourage », sourit Evelyne. Et les séances, éprouvantes ? « Pas vraiment, répond une autre Evelyne. Mais on travaille les muscles en profondeur. C’est plutôt le lendemain qu’on se rend compte de l’effort fourni. On a un peu mal partout, mais ça fait tellement de bien ! » « Surtout après des années de travail à porter charges ou à rester assis, enchaîne Anne-Marie. En fait, le Qi Gong remet tout en place en faisant circuler de l’énergie à l’intérieur de nos corps ».

Jean-Claude, seul représentant de la gent masculine, est venu par curiosité dans le cadre de la Semaine bleue. « Je prends des couleurs, c’est bien, dit-il. Mais j’ai un peu du retard dans les mouvements. Le confinement m’a fait rouiller, maintenant il faut dérouiller les articulations ». « Le plus important, c’est de développer la totalité du corps : le haut, le bas, la droite, la gauche. Et comme les mouvements sont lents, ça apaise l’esprit », le rassure Danielle.« À chaque saison, on travaille un organe différent pour stimuler le système immunitaire, intervient Anny. Tu as le foie au printemps, le cœur en été, les poumons à l’automne et les reins en hiver. On travaille sur nos énergies, à l’intérieur de nous-même, c’est vraiment très apaisant. »

Contact : 06 83 43 07 33 ou accordetcorps@orange.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *