Mission locale de Vénissieux : « de bons résultats malgré une année compliquée »

En 2020, la Mission locale de Vénissieux a dû composer avec un confinement, une pandémie et des entreprises en difficulté, pour accomplir sa mission d’accompagnement des jeunes vers un emploi durable. Martial Guiguet, directeur de la structure, évoque malgré tout une année « avec des résultats positifs ».
– 2020 a été bien sûr marquée par la crise du Covid-19 et les confinements successifs. Quel bilan faites-vous de cette année particulière ?

L’action et les interventions de la Mission locale de Vénissieux ont bien sûr été perturbées par la pandémie. L’obligation de fermeture pendant la période de confinement, de mars à mai 2020, nous a contraints à adapter très rapidement notre mode de contact, d’accompagnement et de suivi avec les jeunes, en distanciel, et à nous organiser au niveau de l’ensemble de l’équipe. De même, lors de la réouverture progressive de l’accueil physique du public, avec la mise en application de l’ensemble des mesures barrières et des consignes sanitaires, nous avons dû nous adapter. Mais malgré ces difficultés, nous avons obtenu de bons résultats.

– Quels chiffres retenez-vous ?

En 2020, ce sont 805 nouveaux jeunes qui ont poussé la porte de la Mission locale, soit une hausse de 7 % en l’espace d’un an. Ce que je retiens, et apprécie, c’est que près de 7 jeunes sur 10 viennent sur les conseils de leurs amis ou de membres de leurs familles. Cela signifie que notre structure est parfaitement identifiée par le public ciblé — les jeunes de 16 à 25 ans sortis du système scolaire et ayant besoin d’aide pour définir ou concrétiser leur projet professionnel. De même, 42 % des nouveaux inscrits sont issus des QPV (Quartiers prioritaires de la politique de la ville). Et un sur deux n’a pas de diplôme. Au total, ce sont 1 982 jeunes qui ont été en accompagnement actif sur l’année. Une hausse de 8,7 % par rapport à 2019.

– De nombreuses entreprises ont connu des difficultés en 2020. Malgré cela, quels résultats avez-vous obtenus ?

Au total, en 2020, ce sont 18 900 propositions qui ont été faites aux jeunes accompagnés (+20 % en comparaison annuelle), dont 10 232 pour un accès à l’emploi, et 3 224 pour un projet professionnel. 602 jeunes ont pu trouver un travail. C’est une baisse de 11 % par rapport à 2019, mais on ne s’en sort pas si mal, considérant tout ce qui a été fermé en 2020 (la restauration, l’hôtellerie, certains commerces…). Au final, notre taux de mise à l’emploi s’affiche à 30,4 %, contre 37 % un an plus tôt.

– Et sur la formation ?

254 jeunes ont été concernés par une action de formation. C’est plus (+26 %) qu’en 2019. Les jeunes étaient très demandeurs, notamment après le confinement. Il y avait une vraie volonté de « muscler » les projets professionnels.

– Vous proposez également un accompagnement à la recherche de logement…

Oui, et le confinement, qui a pu être vécu difficilement par certains jeunes, a contribué à augmenter encore son activité en 2020. Au point d’envisager un renforcement de ce poste au sein de notre équipe ! Ce sont ainsi 1 093 entretiens sur ce thème qui ont été menés (une hausse de +15 %), concernant 266 ménages. Le logement est une préoccupation importante pour les jeunes que nous suivons, laquelle nécessite un suivi global. Par exemple, on note que 62% des jeunes reçus ont une situation salariée, avec 32% en CDI à temps plein. Mais plus du tiers sont demandeurs d’emploi ou sans activité professionnelle…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *