Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Ex-clinique de La Roseraie : un centre psy pour les 12/25 ans en 2022

Les locaux de l’ancienne clinique de La Roseraie seront occupés par un établissement de santé spécialisé dans la prise en charge des troubles psychiques des enfants, adolescents et jeunes adultes. L’IEAJA ouvrira ses portes en 2022.

Les locaux de l’ancienne clinique de La Roseraie seront occupés par un établissement de santé spécialisé dans la prise en charge des troubles psychiques des enfants, adolescents et jeunes adultes. L’IEAJA ouvrira ses portes en 2022.

Le groupe Clinipsy annonce l’ouverture, début 2022, d’un établissement de santé spécialisé dans la prise en charge des troubles psychiques des enfants, adolescents et jeunes adultes, l’IEJA. Il s’installera dans les locaux de l’ex-clinique de La Roseraie, à Vénissieux.

Cet établissement, autorisé par l’ARS, prendra en charge des jeunes de 12 à 25 ans, en complémentarité avec les structures de soins spécialisés en pédopsychiatrie du Rhône et en partenariat avec les Hospices Civils de Lyon (HCL) et les Centres Hospitaliers du Vinatier, de Saint-Jean-de-Dieu et de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or. D’une capacité d’accueil de 50 lits en hospitalisation complète et de 20 places en hôpital de jour, l’établissement sera organisé autour de différents pôles. « Un pôle ‘soins études’ pour la prise en charge de jeunes souffrants de décrochage scolaire et phobies sociales, un autre pour les troubles nutritionnels complexes, un troisième pour les jeunes souffrant de troubles somatiques associés à des troubles psychiques », précise-t-on chez Clinipsy. La prise en charge sera « innovante, graduée, basée sur l’inclusivité, réunissant centre de consultations, hospitalisation de jour, hospitalisation complète, hospitalisation séquentielle et hospitalisation de nuit ».

L’IEAJA s’inscrit ainsi « dans le cadre d’un projet de réorganisation régionale des prises en charge des troubles nutritionnels complexes et des dispositifs soins études [du décrochage scolaire et des phobies sociales] ». Les travaux d’aménagement ont débuté ce printemps. Ils se termineront début 2022.

Pour Michèle Picard, maire de Vénissieux, « c’est un beau projet qui correspond aux besoins actuels non pourvus dans le Rhône. D’autant que l’on sait que la crise sanitaire a amplifié les difficultés psychologiques chez les jeunes. Cet équipement va venir combler un manque. »

7 Commentaires

7 Comments

  1. Blanchard

    4 mars 2022 à 16 h 15 min

    ans ce beau conte de fées manque juste un détail : l’h^opital public du chs vinatier à fermer ces deux dernières années une bonne dizaine de CMP tant adultes qu’enfants, des hdj et l’équivalent de 150 lits, adultes comme enfants, dont l’’unité 6 /13 ….Tous ces services, de pedo-psy étaient parfaitement à même de prendre en charge ces patients. Au passage plus de 40 médecins et près de 200 personnels soignants ont été fermement priés d’aller voir ailleurs…..Et comme par miracle, la même ARS qui a organisé cette mise à mort du service public a donné son autorisation d’ouvrir la clinique privee Roseraie de Psy,….Faut-il s’en réjouir ?
    Oui il y a dans notre pays, il y a un grand remplacement, mais ce n’est pas celui dont nous parle les médias. C’est la privatisation aujourd’hui de tout ce qui était Public hier.

  2. vialatte

    27 janvier 2022 à 14 h 36 min

    cest urgent ouvrir beaucoup de parents cherchent a pouvoir soigner leurs adolescents
    moins de 16ans pourquoi ars empeche les moins de 16 ans a la clinique st vincent de paul dites moi la raison de cette decision incomprehensible pour les parents

  3. Gilles Lulla

    25 janvier 2022 à 17 h 05 min

    Nous n’avons pas davantage de précision sur la date à l’heure qu’il est.

  4. Giraud

    25 janvier 2022 à 15 h 06 min

    Est ce qu’on pourrait déjà savoir la date approximative d’ouverture de cette structure et comment déposer un dossier de prise en charge ? Ainsi que tous les documents à fournir?

  5. Jouve sonia

    16 novembre 2021 à 10 h 07 min

    En décrochage depuis 1an, après 1 prepa à Lyon, une licence en math et un décrochage en 1ere année de mines saint etienne. Mon fils 22 ans est actuellement en année de césure après 1 bouffée délirante en septembre 2020. Nous recherchons une clinique pour qu il soit enfin pris en charge et retrouve le goût des etudes

  6. Tual Yann

    5 mai 2021 à 7 h 28 min

    Un projet intéressant vu les besoins qui seront augmentés Par les conséquences de la crise sanitaire , mais le côté « innovant » annoncé sera t il d’adopter des pratiques issues des connaissances scientifiques récentes ou de conserver de vieilles pratiques estimées moins efficaces dans les études depuis plus de 15 ans ?
    Saurons nous nous remettre en question ?
    Le besoin de formation en épistémologie me semble central en psychologie.
    Je souhaite une belle réussite a ce projet d’ampleur.
    Cordialement
    Yann Tual

  7. Habitante

    5 mai 2021 à 5 h 47 min

    La psychiatrie est vraiment abandonnée par l’Etat alors que les demandes sont en augmentation (la crise sanitaire et les confinements successifs accentuent les difficultés psychiques) Cette ancienne clinique va enfin trouver son utilité, très bonne initiative pour aider les plus jeunes en demande de soins.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

Laurine Thizy, auteure lauréate du Prix du Roman Marie-Claire, est en résidence au collège Paul-Éluard, dans une classe d’élèves allophones.

Sports

Vénissieux HB accueille USO Nevers, samedi 21 mai à 20h30 au gymnase Tola-Vologe. Le club visera un historique 22/22 en championnat.

Histoire / Mag

Regard sur un impôt très particulier, les « prestations », que devait chaque famille de Vénissieux au XIXe siècle

Actus

En France, ils sont 29 000 jeunes à se former pour devenir jeunes sapeurs-pompiers, une augmentation de près 50 % en 20 ans.

Actus

Les amateurs de vélo ont rendez-vous pour une nouvelle édition de la Convergence Vélo, ce dimanche 22 mai, au départ du parc Louis-Dupic et...