Gonéo, c’est fort de café !

Alors que la crise sanitaire a lourdement impacté son activité de torréfaction, l’entreprise vénissiane Cafés Gonéo met les bouchées doubles en investissements humains et financiers pour rebondir. Dès février, l’offre s’élargira aux particuliers.
Hugues Chazottes, fondateur de Cafés Gonéo (à droite), avec Eduardo, planteur du Salvador. En pleine crise sanitaire, l’entreprise vénissiane prend le risque d’investir, d’innover et d’embaucher.

Après avoir racheté ses parts de Cafés Gonéo, il y a deux ans, pour en devenir le seul responsable, Hugues Chazottes a décidé de démarrer 2021 sur les chapeaux de roues. L’année 2020 a pourtant été cauchemardesque pour l’entreprise vénissiane, située dans le parc du Génie. Ses clients, les cafés-hôtels-restaurants, ont pris de plein fouet la crise sanitaire. Résultat : le chiffre d’affaires a chuté de 88 % lors du premier confinement ! Mais plutôt que de rompre, Hugues Chazottes a choisi de rebondir en élargissant l’offre aux particuliers : boîtes métalliques de 250 g, recharges en sachets recyclables, dosettes en aluminium pour les machines Nespresso…

« Je suis déjà dans l’après-Covid, assure l’entrepreneur. Il faut s’adapter et se réinventer. Pas le choix. On vient de mettre en place un service de livraison click & collect, on a également ouvert une boutique éphémère à Lyon. Et on sera bientôt distribué dans un réseau de commerces de proximité, épiceries et boulangeries. » Pour ce faire, il n’a pas hésité, en plein marasme, à étoffer son équipe qui est passée d’une demi-douzaine de personnes à une quinzaine d’employés. « À notre création en 2015, nous étions davantage tournés vers la technique et la torréfaction, rappelle-t-il. Désormais, on veut développer notre savoir-faire, du commerce à la com, du service client à la livraison. On va vendre des machines automatiques à grains, et en février viendra le lancement de notre gamme grand public et de notre boutique en ligne. Mais notre devise première reste de proposer des cafés de qualité, de dernières récoltes, issus de terroirs identifiés garantissant la traçabilité. Guillaume, notre maître torréfacteur, peut définir des profils de torréfactions spécifiques selon la nature de chaque grain vert. »

« Si grand-mère sait faire un bon café, Gonéo est capable de faire mieux »

Anticipant la crise, l’entrepreneur avait investi en 2019 dans un nouveau torréfacteur d’une capacité de 30 kg fabriqué dans le Nord par Phoenix Roasters. Avant de s’offrir un local de 220 m2, attenant à celui déjà en place (350 m2), pour installer un magasin d’usine et assurer l’entreposage du matériel. Et un autre de 200 m2, non loin du siège de l’entreprise, qui sert le local technique et de lieu de stockage. « J’ai la ferme ambition de toucher les particuliers, martèle-t-il. Je veux leur offrir de la qualité, de la diversité, comme cet assemblage d’arabica et de robusta, pour qu’il leur procure un espresso charnu et structuré en bouche. »

Chez Gonéo, la qualité n’est pas un vain mot. Il n’y a qu’à voir le soin que prend Julie à emballer les précieux grains dans des sachets recyclables qui garantissent une conservation optimale. « Chaque grain est unique, commente Hugues Chazottes, avec une passion non-feinte. C’est par respect pour nos producteurs partenaires que nous mêlons savoir-faire artisanal et modernité, afin de garantir une intensité aromatique surprenante. Si grand-mère sait faire un bon café, Gonéo est capable de faire mieux. » Avis aux amateurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *