Une Cité éducative richement dotée

Sur les 80 Cités éducatives de France, celle de Vénissieux/Saint-Fons est la plus fortement subventionnée avec une dotation de 1 950 000 euros sur trois ans. Cette manne financière va permettre de soutenir de multiples projets, que les élus vénissians ont validés lundi soir.

Parmi les projets retenus dans le cadre de la Cité éducative Vénissieux/Saint-Fons, la Mission locale obtient 47 000 euros pour l’ « Accompagnement adapté-remobilisation-insertion ».

« Accompagner au mieux chaque parcours éducatif individuel de la petite enfance à l’insertion professionnelle, avant, pendant, autour et après le cadre scolaire ». Tel est l’objectif déclaré du label Cités éducatives, lancé par l’État au printemps 2019.

Sur les 130 quartiers prioritaires qui avaient fait acte de candidature, 80 ont été retenus, dont le secteur Minguettes-Clochettes. En mars dernier, avant le confinement, la Cité éducative Vénissieux/Saint-Fons s’est vue allouer un budget global de 1 950 000 euros répartis sur les années 2020, 2021 et 2022, soit 650 000 euros par an (450 000 pour Vénissieux, 200 000 pour Saint-Fons). C’est la dotation la plus élevée de toutes les Cités éducatives de France. Elle traduit l’énorme travail réalisé en amont par la communauté éducative du territoire.

Néanmoins, cette enveloppe financière ne peut pas être dépensée librement. Elle a donc fait l’objet, juste après le déconfinement, d’un appel à projets. 25 dossiers ont été déposés au titre de l’année 2020 par des associations, des services de l’État et des services municipaux travaillant dans le champ éducatif. Les arbitrages sur les niveaux de montants accordés ont été opérés en juin par un comité de pilotage composé de l’adjointe à l’Éducation de la Ville de Vénissieux, de la déléguée du préfet et de la principale du collège Jules-Michelet, chef de file du dispositif pour l’Éducation nationale.

Actionner tous les leviers

Lundi soir, lors du conseil municipal, les élus vénissians étaient invités à valider ces différents projets. Quelques exemples : l’ « Accompagnement adapté-remobilisation-insertion » proposé par la Mission locale obtient 47 000 euros, le projet « Lycée 100 % réussite » porté par le collège Michelet est crédité de 12 000 euros, l’association ZUPdeCo perçoit 14 000 euros pour un « Tutorat solidaire dans les collèges de Vénissieux », le service enfance de la Ville de Vénissieux disposera de 11 000 euros pour le « Développement d’actions partenariales et de co-éducation à destination des 2-11 ans sur tous les temps de l’enfant »…

Résumant les grands axes de cet ambitieux programme, le maire, Michèle Picard, rappelait qu’il s’agit autant de « remobiliser les collégiens et lycéens exclus ou pré-décrocheurs que d’agir sur le bien-être des enfants, la prise en compte de l’élément psychologique, la prévention des conduites à risques, l’implication des parents, ou encore le renforcement de la citoyenneté : autant de leviers à actionner de façon coordonnée ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *