Pour que les échecs épatent

Créé il y a une quinzaine d’années, mis en sommeil entre 2011 et 2013, le club d’échecs de Vénissieux s’est remis à table. Visite guidée avec Charles-Henri Royer, président de « La Stratégie échiquéenne ».

Ambiance studieuse en ce mercredi de décembre au foyer Marcel-Sembat. Une dizaine de joueurs d’échecs se lancent des défis, pendules d’échecs professionnelles placées à côté des jeux. Normalement, si l’on lâche du doigt une pièce, le coup est joué. Ici, au foyer Marcel-Sembat, les règles sont légèrement détournées. Notamment à l’intention des jeunes pratiquants. Comme Maïssa, qui a accroché au roi des jeux en assistant il y a un an à une démonstration. Pour Redhouane, c’est une vieille passion. Il a « goûté » aux échecs « il y a très longtemps », sur les conseils de sa maman. On croise aussi Fayzouz, Maryam, Sarah… Tous ces joueurs offrent la particularité de ne pas voir atteint les 12 ans. Une richesse pour La Stratégie échiquéenne qui a fait de ce public son principal axe de développement.
Justement, Charles-Henri Royer, le président du club, va affronter Sarah dans une partie découverte. Après avoir avancé un pion d’une case, Sarah change de pion et de stratégie. Le président intervient : « Si je déplace le cheval en 2 C, d’un seul coup je menace deux pièces de ton jeu. Que dois-tu plutôt faire ? » Un peu plus tard, le conseil se fait à la fois plus précis et plus général : « Quand il y a échec… il faut sortir de l’échec, le parer. »

La pédagogie avant tout

Observant la scène, Maryam, une autre débutante, ne perd pas une miette. La pédagogie à l’état pur. Les novices sont surpris d’apprendre que le roi, pièce importante s’il en est, est aussi l’une des plus faibles car il ne peut bouger que d’une case. Avec la dame, c’est l’inverse, elle peut se déplacer dans toutes les directions : vers l’avant, vers l’arrière, sur le côté ou en diagonale, aussi loin que le joueur le souhaite, à condition de ne pas passer au-dessus des autres pièces. Ces règles sont rapidement assimilées par les néophytes. Certains montrent même des prédispositions. « Du haut des dix ans, Farès a un potentiel qu’il va falloir exploiter, se réjouit Charles-Henri. Il comprend et mémorise vite, il est même le référent pour d’autres personnes, notamment une adulte qui a déjà une petite expérience des échecs. »
Mais dans quelque temps, si cette progression se confirme, Farès ira probablement assouvir sa passion ailleurs. « Nous ne faisons que de la formation et du loisir, précise le président. Quand les joueurs progressent ils ont envie d’affronter des adversaires plus forts, c’est logique. J’ai eu le cas récemment de deux adultes qui voulaient s’inscrire chez nous. Au bout d’une séance, je leur ai dit d’aller à Lyon Olympique Échecs, ils avaient un niveau supérieur à l’ensemble de nos adhérents. Faire de la pédagogie reste notre préoccupation majeure. »

 

__________________________________________________________________________

Trois questions à Charles-Henri Royer

Que s’est-il passé entre la création du Cercle de l’échiquier en 2003 et la naissance de « La Stratégie échiquéenne » il y a six ans ?

– Beaucoup de bouleversements. Au plus fort de notre développement, on avait réussi à mettre en place trois séances par semaine sur trois sites vénissians : foyers Marcel-Sembat et Max-Barel, et maison des fêtes et des familles. On avait atteint la bonne soixantaine de licenciés. Ensuite, un litige avec un ancien salarié et la venue au monde de ma fille a conduit à la mise en sommeil du club. En fait personne ne voulait prendre le témoin. Il faut savoir que ce sport cérébral agréé par la Direction jeunesse et sport est chronophage. Mais la passion a repris le dessus, je m’y suis remis il y a près de cinq ans.

Vous avez également ouvert une antenne sur Lyon 8e…
– Oui parce qu’il devenait difficile d’obtenir d’autres créneaux sur la ville. Par ailleurs, des amis du 8e m’avaient sollicité pour que je crée une antenne dans leur arrondissement. J’ai obtenu un créneau dans un regroupement de clubs associatifs, le lundi.

Où en est le club depuis sa réouverture ?
– On compte désormais une quarantaine d’adhérents. Et on a une bonne dizaine de jeunes qui semblent séduits par la discipline. Ce qui nous a incités à orienter davantage notre club sur l’apprentissage et la découverte. Chaque adhérent – et pas seulement les jeunes – peut bénéficier de l’aide d’un référent ou tuteur qui l’accompagne et le conseille. On insiste sur les tournois internes, parfois avec la section de Lyon 8e. Notre plaisir est de voir nos jeunes prendre du plaisir aux séances de découverte et de perfectionnement. Ils se piquent au jeu, adoptent le cérémonial, même si de temps à autre ils ne peuvent s’empêcher de se lâcher un peu.

___________________________________________________________________________
La Stratégie échiquéenne
– Séances le mercredi au foyer Marcel-Sembat, de 18h30 à 21 heures. Et le lundi de 16 heures à 20 heures au 41, rue Maryse-Bastié (Lyon 8e).
Prix de l’adhésion : 90 euros
Renseignements complémentaires
contact@echecs-lse.fr
07 66 36 58 20

______________________________________________________________________________

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *