Collège Alain : autour de l’annexe, une question majeure.

 

La course au bus, à la sortie de l’annexe du collège Alain, à Vénissieux, un mercredi midi.

Des parents d’élèves de l’annexe du collège Alain de Saint-Fons, située à Vénissieux, réclament des mesures pour assurer la sécurité aux abords de l’établissement.

Le 4 novembre, une trentaine de parents d’élèves de Saint-Fons s’étaient donné rendez-vous à Vénissieux, avenue de la République. Erreur de GPS ? Non, c’est juste que c’est là qu’a été installée cet été une extension du collège Alain, pour absorber les sureffectifs du collège Alain, un établissement secondaire de Saint-Fons. Les parents dénoncent des problèmes de sécurité, essentiellement liés à la circulation automobile. Patrick Grisard, président de l’une des deux listes de parents d’élèves, était présent devant l’annexe. Pour lui, « il faut déplacer l’arrêt du C12 situé actuellement au débouché d’une rue où les voitures vont très vite. Est-ce qu’on doit attendre un accident pour réagir ? Cette année, il y a 140 élèves, l’an prochain ils seront le double ! »

De fait, nombre des gamins qui sortent de l’établissement à midi ou à 17 heures ont tendance à faire comme tous les collégiens rendus à la liberté : n’importe quoi. Pressés d’attraper un bus qui passe pourtant toutes les 10 minutes, certains traversent la rue sans précautions excessives, sous le nez d’automobilistes effarés… Dans un communiqué publié le 4 novembre, Nathalie Frier, maire de Saint-Fons, avait indiqué qu’elle a demandé au Sytral « le déplacement de l’arrêt de bus afin d’améliorer la sécurité », sans succès pour l’instant. Elle invite aussi les parents à œuvrer aux côtés des autorités « pour responsabiliser les élèves au comportement dangereux sur la route ».

Le jour du rassemblement, Marie-Christine Burricand, conseillère municipale et métropolitaine vénissiane (PCF), intervenait au conseil du Grand Lyon pour demander « un plan anticipant les constructions et réhabilitations de collèges dans la Métropole pour les dix ans à venir ». Elle en a profité pour évoquer la situation de « l’annexe Alain ». « Les collégiens de Saint-Fons qui étudient à Vénissieux ne doivent pas faire les frais de l’urgence, a-t-elle déclaré à l’adresse du président Kimelfeld. Les parents d’élèves ont raison d’alerter sur les questions de sécurité routière à proximité du collège. Le maire de Vénissieux vous avait déjà alerté sur ces questions et indiqué sa disponibilité pour y travailler avec la Métropole. »

L’élue a relevé que cette démarche n’a pas reçu de réponses de la part de la vice-présidente à l’action éducative, Murielle Laurent (également maire de Feyzin). Une attitude que constate également Nadia Mousson, présidente de l’autre association de parents d’élèves du collège Alain, la PEEP, qui « déplore que Mme Laurent n’ait jamais daigné lui répondre ». Mme Burricand a proposé de tenir rapidement une réunion avec les collectivités concernées, les parents d’élèves et les équipes éducatives. Le conseiller métropolitain délégué aux collèges, Éric Desbos, lui aurait donné l’assurance qu’une telle réunion allait se tenir dans les meilleurs délais.

Concernant le refus du Sytral de déplacer l’arrêt de bus, il « doit pouvoir être revu », selon Mme Burricand. Enfin, « bien que ça ne soit pas de son ressort, la Ville de Vénissieux examine les aménagements possibles sur la voirie pour faire ralentir les voitures et sécuriser la sortie du collège, pourquoi pas avec la présence de la police municipale ? » nous a indiqué la conseillère métropolitaine. « Les élèves accueillis dans l’extension du collège y sont très bien, confie Nadia Mousson. Je le sais : j’ai moi-même un enfant là-bas. Ce qu’il faut, c’est juste sécuriser leurs déplacements et les laisser étudier tranquillement. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *