Talents des cités : Alpha Diallo, la zik en un clic

Dans la catégorie « Émergence – porteur de projet », le Vénissian Alpha Diallo vient d’être désigné lauréat régional du concours Talents des cités 2019, grâce à son site Le Gros Tas de Zik. En attendant la finale nationale fin novembre à Paris.

Alpha Diallo, qui a grandi boulevard Lénine, est un passionné de cultures urbaines qui, pour lui, regroupent hip-hop, jazz, soul, funk, etc. Le jeune homme a gravi pas à pas les échelons de chroniqueur dans une émission de radio à animateur, de bénévole à salarié. On l’a ainsi entendu sur RCT, notamment dans l’émission Black Line. Il continue sur sa lancée lorsque RCT devient Radio Capsao. Il travaille également sur RTU, devenue Radio Nova Lyon.

En parallèle, Alpha a créé depuis dix ans un blog qui deviendra au fil du temps Le Gros Tas de Zik. « Au départ, je chroniquais des albums qui n’étaient pas diffusés dans les émissions. C’est devenu un média à part entière auquel je me consacre entièrement depuis 2017. On trouve aujourd’hui sur ce site web des chroniques, des mix, des articles, un agenda, une web TV, des reports, des événements… Je coorganise ainsi des soirées concerts, des DJ sets, des animations, des interventions pour les festivals Jazz à Vienne, À Vaulx Jazz, Nuits sonores. »
Il raconte qu’il connaissait le batteur du chanteur Keziah Jones et qu’il le croise un jour par hasard gare de la Part-Dieu. « Je partais à Vienne et lui dans le Vercors, où il accompagnait Keziah Jones. J’ai organisé la venue surprise de Keziah sur la scène de Cybèle, à Vienne, pour un concert gratuit. »

Son blog sert de vitrine et, en parallèle, Alpha touche une forte communauté sur les réseaux sociaux. « J’ai une page Facebook publique et un groupe privé dans lequel on retrouve des artistes, des directeurs artistiques, des directeurs de labels, des chercheurs passionnés, etc. » Alpha commente sa collaboration avec Bizarre !, le lieu de cultures urbaines vénissian. « J’y ai fait une résidence pour la création d’un spectacle de beatmaking et j’ai été deux ou trois fois jury du Buzz Booster — ndlr, un dispositif qui permet de valoriser la scène rap. Via le spectacle de beatmaking à Bizarre !, j’ai pu monter des ateliers de beatmaking à À Vaulx Jazz, à la MJC de Rillieux-la-Pape et à la prison de Saint-Quentier-Fallavier avec Jazz à Vienne. »

Sans concessions ni élitisme

Dans Le Gros Tas de Zik, Alpha met en avant des musiques et des albums qui n’ont que rarement les honneurs d’autres médias. « J’essaie d’en parler en profondeur tout en gardant un ton décalé. Je ne veux pas faire de concessions, sans être non plus dans l’élitisme. Nous avons en France un énorme retard culturel à l’échelle des institutions sur ce qui touche au hip-hop. Souvent, l’on pense que cette culture musicale est un moyen d’occuper les jeunes, alors qu’il y a des techniques, des procédés, toutes ces nuances qui font la différence entre la qualité et l’à-peu-près. Et qui donnent à la jeunesse la volonté d’aspirer à quelque chose d’excellent. Malheureusement, souvent les artistes en devenir cherchent les étoiles sans être dans le cheminement qui amène aux étoiles. »

Décidé à aller plus loin, Alpha rejoint une structure d’accompagnement d’entreprises afin de créer un modèle économique. Il postule au concours Talents des cités, financé par le ministère de la Cohésion sociale, Bpifrance, l’Entrepreneuriat pour tous et BGE. Il vient d’obtenir le prix régional dans la catégorie « Émergence – porteur de projet ». Et s’apprête à partir à Paris, fin novembre, pour la finale nationale. En espérant être, le 25 novembre, à la Maison de la Radio pour la remise des prix.

www.legrostasdezik.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *