Conseil de quartier Parilly : des tracas mais pas avec Ikea

Lors de l’assemblée générale du conseil de quartier de parilly, On aurait pu s’attendre, à l’aune de certains discours alarmistes, à des débats animés sur la circulation aux abords du nouvel Ikea. Mais il n’en fut rien.

Une cinquantaine d’habitants ont participé le 15 octobre à l’assemblée générale du conseil de quartier de Parilly, présidé par Jean-Louis Piedecausa. On aurait pu, à l’aune de certains discours alarmistes, s’attendre à des débats animés sur la circulation aux abords du nouvel Ikea. Mais il n’en fut rien. Durant la petite heure consacrée aux échanges entre riverains et élus, à aucun moment ne furent évoqués bouchons, saturation ou problèmes de stationnement liés à l’activité de l’enseigne suédoise.

Vitesse excessive
De circulation, il en fut pourtant question. « J’habite rue Pierre Stoppa en face de la rue Germaine, et cette rue devient une véritable autoroute, se plaint une habitante. Il y a de gros bolides, des scooters, et l’impasse à proximité est envahie par les dealers. Lorsque les enfants sortent le matin, j’ai toujours peur. » C’est le nouveau directeur de la sécurité, Sébastien Arnaud, qui lui répond. « Nous sommes en prise directe avec la police municipale. Ils disposent de jumelles radar qui leur permettent de multiplier les points de contrôle et d’intercepter les chauffards. Et régulièrement nous effectuons des actions coordonnées avec la police nationale. Nous avons pris en compte le lieu que vous avez signalé, on essaiera d’être vigilant. »

Lutte contre les trafics
« Avec la Police de sécurité du quotidien et le dispositif des Quartiers de reconquête républicaine dont bénéficie Vénissieux depuis le début de l’année, un gros travail a été fait, qui a débouché sur des saisies de cannabis et de cocaïne, enchaîne le maire Michèle Picard. Mais à chaque fois, les dealers se réorganisent. C’est un problème national : il faudrait empêcher ces produits d’entrer sur le territoire. » Le commissaire Breton précise la stratégie des forces de l’ordre. « Nous travaillons en partenariat avec la Ville et habitants, à qui nous demandons de faire remonter les informations dont ils disposent. Concernant les stupéfiants, plusieurs points ont été identifiés. Nous luttons aussi contre les incivilités, les nuisances et le non-respect de la réglementation en général. »

À quand un distributeur de billets ?
Dans un tout autre registre, un habitant s’inquiète de l’absence de distributeur de billets autour d’Ikea. « On s’est rapproché de l’ensemble du réseau bancaire, mais aucune banque ne veut venir sur le secteur, déplore Michèle Picard. Les banques font de moins en moins d’accueil physique et installent de moins en moins de distributeurs. Mais nous n’avons pas renoncé. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *