Déchèterie de Vénissieux : bien plus qu’un lifting !

Annoncée depuis 2006, la réhabilitation de la déchèterie métropolitaine de Vénissieux a commencé début septembre, pour une durée de 6 mois. Ci-dessus, le plan du futur équipement. © Grand Lyon

Fermée pour travaux jusqu’en mars 2020, la déchèterie de Vénissieux va être considérablement réhabilitée. Visite de chantier avec Stéphane Duru, responsable des déchèteries du Grand Lyon.

Avec 80 000 passages par an, la déchèterie de Vénissieux était-elle devenue sous-dimensionnée ?
En fait, il s’agissait surtout de permettre une meilleure organisation des flux et de se conformer aux dispositions légales récentes, qui ont renforcé la prévention des risques pour l’environnement et les personnes. Par exemple, les déchèteries doivent désormais être pourvues d’un réseau de récupération des liquides polluants telles que les peintures, les solvants, les pesticides, qui pourraient s’écouler accidentellement dans le réseau d’évacuation des eaux usées. Ce n’est jamais arrivé dans le Grand Lyon mais c’est une précaution à prendre, qui demande des travaux importants.

La déchèterie sera tout de même agrandie ?
Oui, grâce au travail mené avec la commune de Vénissieux, l’emprise a été étendue. L’accès se fera directement depuis l’avenue Jean-Moulin, avec trois voies d’accès : deux pour les véhicules des particuliers et une autre réservée aux poids lourds qui vont et viennent avec les bennes. Des zones pour les containers en attente seront également créées, ce qui va accélérer le service.

Une « donnerie » sera construite. Qu’est-ce que c’est ?
C’est un espace où les usagers apportent des objets pouvant être réutilisés ou valorisés par des associations et des entreprises relevant de l’économie sociale et solidaire. Ça peut être aussi bien des vélos que des livres, des jouets, des téléphones ou des poussettes. Pas de vêtements, en revanche. Ce nouveau service sera abrité dans un petit bâtiment construit spécialement, à l’entrée du site.

À Vénissieux, quelles bennes se remplissent le plus vite ?
En premier, ce sont les gravats, avec 1 250 tonnes déposées par an, soit près d’un quart de la collecte totale. Ensuite ce sont les meubles, les déchets verts et les encombrants.

La Métropole est-elle bien dotée en déchèteries ?
Au vu de la population, c’est nettement insuffisant. Au niveau national, le ratio est d’une déchèterie pour 40 000 habitants, dans l’agglomération il est d’une pour 70 000 habitants. C’est difficile de trouver du foncier dans la Métropole pour agrandir une déchèterie ou en créer de nouvelles. Tout le monde en réclame mais personne n’en veut à côté de chez lui ! L’une des solutions serait de faire respecter la loi qui impose aux distributeurs de reprendre l’électroménager et le mobilier qu’ils vendent, et sur lequel les clients paient une « écotaxe ». Comme il y a beaucoup plus de magasins que de déchèteries, une grosse partie du problème serait réglée. Pensez-y quand vous irez à Ikea Vénissieux !

 


OÙ ALLER PENDANT LES TRAVAUX ?

Un dispositif temporaire de collecte est mis en place les mardi, jeudi et samedi, de 10 heures à 16 heures non-stop : des bennes installées sur le parking de la déchetterie permettent la collecte des encombrants, du bois, des déchets verts et des gravats. Pour les autres types de déchets, il faut se rendre dans les déchèteries de Saint-Priest, Feyzin, Lyon Artillerie ou Mions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *