Annulée, la « Marche des oubliés » n’a pas réussi à réconcilier Gilets jaunes et banlieues populaires

Échec de « La marche des oubliés », des Minguettes à Montluc, nouvelle tentative pour réconcilier gilets jaunes et banlieues populaires

En organisant une « Marche des oubliés » au départ des Minguettes, le 14 juillet, Alain V. ambitionnait de fusionner les revendications des Gilets Jaunes et celles des banlieues populaires, dans une mobilisation commune. Mais seule une vingtaine de personnes s’est retrouvée sur le parking, et n’a pas souhaité partir en cortège.

La manifestation devait partir de la place du marché des Minguettes, haut lieu de la « Marche pour l’égalité et contre le racisme » en 1983, et arriver devant l’ancienne prison de Montluc, mémorial national, lieu d’internement, notamment de Jean Moulin et des enfants d’Izieu mais aussi de membres du FLN condamnés à mort entre 1959 et 1961. Finalement, une petite dizaine de participants ont fini la journée sous l’ombrage du parc Dupic, où se tenaient le pique-nique républicain de la Ville et les Fêtes Escales.

« Pourtant, les points communs sont plus nombreux qu’on ne le croit, soutien ce quadra Vénissian, connu sur les réseaux sociaux sous le pseudo tarantinesque de « Marcellus Wallace ». Dans le péri-urbain ou dans les quartiers, nous demandons une justice équitable pour tous, la fin des discriminations territoriales, des violences policières, des inégalités sociales »

Alain « Marcellus » est l’un des organisateurs de « l’Acte XVI » des Gilets Jaunes à Lyon, le 2 mars dernier. Baptisée « Marche noire » en signe de deuil « pour nos institutions et notre avenir incertain » Le Vénissian est également l’un des animateurs d’ACT et d’Article 35. « ACT, qui veut dire Action citoyenne de transition, est née en janvier 2019, du constat que les méthodes des Gilets jaunes étaient contradictoires, raconte-t-il. Comment peut-on remettre en question des institutions tout en les reconnaissant comme interlocuteurs et comme décideurs ? Cela me faisait penser à un ado qui demanderait à ses parents la permission de s’émanciper ! »

Quand à Article 35, ses vitrines sont une chaîne YouTube et une page Facebook. Ce nom est une référence au 35ème article de la Constitution française adoptée en 1793 mais jamais appliquée. « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs », proclame ce paragraphe.

S’ils sont bien trop jeunes pour l’avoir connu, les « ACTeurs » exposent une profession de foi qui fleure bon Mai 68 : « Le système vous écarte, vous ne vous identifiez plus à la société ? Alors faites sans elle et reprenez vos destins en main. Pas besoin de quelques énarques coincés du cul qui n’ont jamais connu une fin de mois difficile. Vous vous sentez asservi ? Libérez vous de vos chaînes. N’élisez plus de maîtres, enlevez vos baillons et lâchez-vous ! Retrouvez votre libre arbitre et arrêtez de consommer de la désinformation à toutes les sauces. Éteignez vos TV, rallumez vos cerveaux, vos vies n’appartiennent qu’à vous ! »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *