« Barre Monmousseau » : la démolition reportée à octobre

Prévue pour fin 2018, la démolition de la barre Monmousseau, sur le plateau des Minguettes, « est reportée à octobre 2019 » selon ICF Habitat Sud-Est Méditerranée, propriétaire de la résidence.

Interrogé par Expressions, ICF (filiale de la SNCF) indique que « le relogement des derniers locataires présents est encore en cours ». Le bailleur social évoque « une quinzaine de ménages ». Il n’en resterait en réalité plus que cinq à reloger, depuis une réunion qui s’est tenue le 28 janvier. Ceux-ci auraient refusé toutes les solutions proposées, comprenant la prise en charge des frais de déménagement. Bien qu’ICF soit désormais en droit d’engager une mesure d’expulsion des derniers occupants (laquelle pourrait aboutir d’ici avril), la recherche d’un accord reste cependant privilégiée par le bailleur.

Démarré en mai 2016 pour les 197 ménages alors présents dans l’immeuble, le processus de relogement est conduit par un organisme inter-bailleurs, qui croise les demandes des locataires avec les offres disponibles dans la région lyonnaise et même au-delà. ICF Habitat explique que « la recherche de corrélation entre les vœux des résidents et les possibilités concrètes se confrontent aux lois du marché locatif actuel »… Plus direct, Idir Boumertit (adjoint au maire en charge du Grand projet de ville) évoque « le double langage de certains, qui parlent beaucoup de “mixité sociale“ dans leurs discours, mais qui refusent d’accepter des familles modestes dans leur parc locatif ou refusent de construire du logement social dans leur commune ».

Soulignant « que quelques mois de report pour la démolition, ce n’est pas grand chose au regard du défi consistant à reloger près de 200 foyers en deux ans », l’élu valorise le travail effectué par les bailleurs et la Ville. « Trois réunions publiques, de nombreuses rencontres, une permanence hebdomadaire, un suivi constant des services communaux, tout cela a permis de prendre en compte la dimension sociale du projet. Le renouvellement urbain, ça ne consiste pas seulement à démolir des immeubles, c’est aussi construire des parcours de vie ».

Situé 1 à 21, rue Gaston-Monmousseau, la barre ICF constitue une cassure forte entre le plateau et le centre-ville de Vénissieux. Inscrite dans le Nouveau programme national de rénovation urbaine (NPNRU), la disparition de l’immeuble est l’un des éléments de la recomposition urbaine souhaitée par la Ville, pour favoriser un habitat diversifié, participer à la restructuration de la place du marché et permettre un lien avec le centre-ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *