« Grand débat national » : s’en saisir ou s’en méfier, le choix des élus vénissians

Faut-il participer au « Grand débat national » lancé par le président Macron ou le boycotter ? L’avis des principales forces politiques en présence à Vénissieux.

Jusqu’au 15 mars, les Français sont consultés lors du « Grand débat national » lancé le 15 janvier par Emmanuel Macron. Organisée autour de quatre thèmes (transition écologique, fiscalité, organisation de l’État, démocratie et citoyenneté), la consultation s’appuie sur deux volets. D’une part, sur les cahiers de doléances mis en place par les maires qui le souhaitent et qui seront remis aux préfets. D’autre part, sur des réunions d’initiatives locales organisées jusqu’à mi-mars, par des élus locaux ou des habitants, sur la base d’un kit fourni par le gouvernement.

La commune de Vénissieux a mis en place des cahiers de revendications* dès le 20 décembre. Chaque habitant peut y formuler ses propositions et s’exprimer sur les problèmes qu’il souhaite voir traiter en priorité. « J’invite les Vénissians à s’emparer de cette démarche, explique le maire Michèle Picard. C’est bien beau d’avoir des élus de proximité comme nous qui portons les choses, mais quand elles sont portées par les habitants eux-mêmes, c’est encore plus fort. » À l’heure où nous écrivons ces lignes, une cinquantaine de personnes avaient apporté leur contribution, portant essentiellement sur le pouvoir d’achat.

Pour Yves Blein, député (La République en marche) de la 14e circonscription, « le Grand débat National est une chance pour la France. Que chacun se saisisse de cette opportunité pour discuter, questionner, proposer. J’ai ouvert un formulaire a accessible via internet permettant à chacun de faire part de ses remarques et propositions (bit.ly/granddebatrhone). Sur la base des réponses, je proposerai en temps utile quatre rencontres sur les thèmes proposés au débat. Que chacun se sente le bienvenu pour cet exercice inédit de coproduction démocratique ».

À l’inverse, Idir Boumertit, adjoint au maire (France Insoumise), évoque « une mascarade ». « Pourquoi le mouvement des gilets jaunes a encore du succès alors que le grand débat est en cours ? Parce qu’il est trop tard. La patience du peuple a atteint ses limites. Un soulèvement populaire d’ampleur doit pouvoir aboutir à des choix politiques. En démocratie, il s’agit de pouvoir voter. Le refus du président de donner la parole au peuple par le vote conduit le mouvement à se prolonger sans participer à ce débat qui est une mascarade de plus de ce gouvernement. »

« Ce processus est un piège, juge pour sa part Christophe Girard, conseiller municipal d’opposition (divers droite). Si on n’y participe pas, on est accusé de refuser le débat, si on y participe, le gouvernement dira qu’il a écouté les Français… Alors qu’on voit bien que le débat est corseté, qu’on ne peut pas parler de tout, que le gouvernement ne changera pas sa politique car il ne comprend toujours pas l’ampleur de ce qu’il se passe. Tout au plus, on récupérera des portions de route à 90 km/h, la belle affaire ! »

* Disponibles à l’hôtel de Ville, dans les mairies de quartiers Vénissy et Moulin-à-Vent, à la maison de quartier Darnaise, sur le site Internet de la Ville.

Une pensée sur “« Grand débat national » : s’en saisir ou s’en méfier, le choix des élus vénissians

  • 24 janvier 2019 à 5 h 55 min
    Permalink

    Le grand débat de Macron est ligoté par des thèmes dictés par ce président show man. Il rencontre des maires à qui il accorde intérêt et promesses alors qu’il les a ignorés depuis son élection… Sa ministre aux droit des femmes va même sur C8 faire un show télévisé avec l’animateur le plus vulgaire d’une émission débile!!!! le grand débat est plutôt un grand déballage.
    Une grève générale est prévue le 5 février par la CGT pour dire non à cette politique libérale ou les actionnaires du CAC 40 ont augmenté considérablement leurs dividendes en 2018 dans notre pays alors que le pouvoir d’achat ne permet pas aux classes moyennes, aux demandeurs d’emplois, aux ouvriers, aux retraités de vivre dignement!!! les grandes fortunes ne cessent de croître dans un monde ou les pauvres sont de plus en plus pauvres!
    Le grand débat tente de désamorcer la colère des gilets jaunes relayée par les syndicats et certains partis politiques. Le 5 février sera sans doute une grande journée de mobilisation.
    Défendre les services publics est nécessaire pour tous les habitants, les maires sont garant de la bonne utilisation des fonds publics, défendre les communes c’est défendre la proximité avec les élus.
    Participer en exprimant des propositions sur les cahiers de doléances à disposition des habitants aidera à porter les sujets qui intéressent tout un chacun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *