Autour de Marin, le combat pour les «cérébro-lésés»

Le 10 octobre, l’association « la Tête haute, je soutiens Marin » a annoncé au cours d’une conférence de presse qu’elle met gratuitement à la disposition des familles de victimes de lésions cérébrales un « Coffret d’aide aux patients ».

Repères
L’association « La Tête haute, je soutiens Marin » a été créée en février 2017 suite à l’agression de Marin. Animée par une vingtaine de bénévoles, elle s’appuie depuis mai 2017 sur une salariée à temps partiel. Sa page Facebook, créée initialement pour donner des nouvelles aux proches de Marin, rassemble à ce jour plus de 206 000 followers.

C’est un nouveau combat qui s’ouvre pour l’association « la Tête haute, je soutiens Marin ». Créée initialement par ses proches pour soutenir le jeune Vénissian – agressé fin 2016 pour avoir défendu un couple qui s’embrassait –, elle va désormais venir en aide à d’autres cérébro-lésés*. Elle propose à leur familles un « Coffret d’aide aux patients » baptisé « CAP La tête haute ». Son but est à la fois « d’apaiser » la victime et « d’établir une communication avec lui ». Mais il doit aussi encourager chez les patients « la neuroplasticité cérébrale dans la phase complexe de reprise de conscience de soi ». D’une valeur de cinquante euros, il sera offert aux familles qui en feront la demande, ces dernières n’ayant à régler que les frais de port.

Au travers de ce coffret, l’association veut faire part de l’expérience acquise au chevet de Marin depuis bientôt deux ans. « Le soir du 11 novembre, lorsque Marin a été agressé, ainsi que les jours qui ont suivi, j’ai acquis la certitude qu’il fallait l’aider, a expliqué jeudi Audrey Sauvajeon, sa maman, au cours d’une conférence de presse. J’ai alors mis à profit mes insomnies en lisant, en suivant des conférences en ligne, en cherchant des études. » La suite n’a pas été pour autant un long fleuve tranquille : «  Certaines choses ont marché, d’autres moins », confie-t-elle.

Une quarantaine de références scientifiques
Les échanges avec d’autres familles de cérébro-lésés via la page Facebook de l’association (206 000 followers à ce jour) ont aussi été déterminants. « Je me suis aperçue qu’il y avait un manque, un réel problème, assure Audrey Sauvageon. Les familles sont perdues, désœuvrées pendant cette période du coma, elles ne savent pas que faire. Il y a un sentiment d’impuissance et des questionnements. À ce moment, la famille a pourtant un rôle à jouer : en s’appuyant sur des expériences scientifiques, on se rend compte que beaucoup de choses peuvent être mises en place. »

Le coffret contient un livret expliquant les bienfaits des pratiques préconisées, avec des conseils pour leur mise en pratique. Rédigé par le Docteur Chérine Fahim, spécialiste en neurosciences, il s’appuie sur près d’une quarantaine de références scientifiques. On trouvera aussi dans le coffret une huile de massage, deux pots de pâte à modeler et quatre capsules à odeur. Plusieurs vidéos pédagogiques sur les techniques de massage sont en outre disponibles sur le site de l’association.

Pour en savoir plus : www.latetehaute.fr/coffret-aide-patient/ ou parcourir nos articles sur le combat de Marin et ses proches

* Cérébro-lésé : personne dont le cerveau a été victime de lésions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *