Photographies : Monmousseau s’expose à Lyon

Pour Lucie Moraillon et Antoine Boureau, les deux photographes qui, avec leur association Dialogues en photographie, ont mené deux actions avec les jeunes de Monmousseau en 2016 et 2017, il s’agissait de “boucler la boucle”. Avec le premier projet, les jeunes (10-14 ans) avaient pris des photos noir et blanc en argentique, qui sont à l’heure actuelle toujours affichées sur les façades de la barre ICF, destinée à la démolition en 2019. Pour le second, les apprentis photographes sont passés au numérique et leur travail — à la fois de prises d’images et d’interviews des habitants pour retracer l’histoire du quartier —, après avoir été exposé devant la médiathèque, s’est retrouvé dans le livre Allées 11-21, écrit avec Milan Otal et publié à La Passe du vent.

“Boucler la boucle”, c’est donc pour Lucie et Antoine pouvoir à présent montrer les créations des jeunes de Monmousseau à Lyon. Les deux photographes les ont exposées sur des panneaux devant le Conseil régional le 29 juin, sur la place des Célestins le 1er juillet et montée de la Grande Côte le 2 juillet. Le titre de cette nouvelle manifestation : L’air du temps.

“Ceux qui habitent le centre-ville ne savent pas ce qui se passe à 30 minutes de leur quartier”, estiment Lucie et Antoine. Ces trois journées passées dans différents lieux lyonnais leur ont valu de belles rencontres : “Des personnes ont reconnu Monmousseau sur les photos : elles avaient habité La Démocratie. D’autres, des curieux, s’arrêtaient pour nous demander des explications. Le point d’accroche étaient les photos, pour d’autres c’était le projet des jeunes, pour d’autres encore les problèmes de démolition et de relogement.”

L’air du temps est encore l’occasion de citer les noms de tous les jeunes ayant participé aux deux projets : Aminata, Bilel, Hadama, Ibrahima “Napoléon”, Ilham, Madiba, Mattéo, Myriam, Nadine, Nassim, Ramzi, Rayan, Selim, Tarek, Wassim et Youneus. Et de rappeler que les deux actions ont été menées en partenariat avec le centre social Eugénie-Cotton et l’éditeur La Passe du vent. Elles ont été soutenues financièrement par le bailleur ICF Sud-Est Méditerranée, le Grand Projet de Ville de Vénissieux et la Fondation SNCF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *