Solidarité : un écrivain public à Vénissieux

Deux fois par semaine, Joséphine Lerieux tient permanence à l’hôtel de Ville et à la maison de quartier Darnaise. Elle vient en aide à toutes celles et ceux qui ont des difficultés à rédiger des courriers ou à remplir des dossiers, y compris sur internet.

Mercredi matin, rez-de-chaussée de l’hôtel de ville, Joséphine Lerieux, écrivaine publique, tient sa permanence. Juriste de formation, en service civique à l’association Amely, elle n’a pas une minute à elle. Entre 9 heures et midi, elle reçoit essentiellement des femmes demandant de l’aide pour remplir un dossier ou rédiger un courrier. « Il n’y a pas de durée fixe pour l’entretien, précise-t-elle, je prends le temps nécessaire. Les questions portent aussi bien sur le domaine juridique (recours gracieux, courrier aux employeurs…) que sur l’accompagnement numérique, comme les actualisations pour la CAF, Pôle emploi, les dossiers Carsat, les déclarations d’impôts, les ventes de voiture… »

Ce matin, alors qu’une dame est déjà avec Joséphine, une autre attend son tour. Elle explique : « Le médecin a diagnostiqué un cancer à mon mari il y a un mois et demi. Nous avons besoin d’une aide à domicile. Je viens faire une demande d’APA (Allocation personnalisée d’autonomie). J’ai peur de me tromper. Il m’est arrivé de remplir d’autres dossiers, mais souvent on me les renvoyait. Cette fois je veux être sûre de ne pas faire d’erreur. » Joséphine l’accueille : « D’abord, vous me signez un papier qui stipule que vous acceptez de me donner des informations personnelles ». Puis en tête à tête, dans la confidentialité, elles remplissent le dossier.

Dans la salle d’attente une autre femme s’installe : « J’ai appris qu’il y avait cette personne par des dames de mon quartier. C’est bien qu’elle soit là, ça me rassure, car je ne comprends pas toujours ce qu’on me demande. Avec elle, je suis certaine que le dossier sera bien fait et on gagne du temps ».

Porté par le maire, Michèle Picard, ce projet a été mis en place grâce à l’action de plusieurs directions, souligne Saliha Prud’homme Latour, adjointe en charge des affaires sociales. « Nous étions sollicités par plusieurs travailleurs sociaux nous informant que des Vénissians avaient des difficultés pour remplir des dossiers. Les motifs sont multiples, de l’illettrisme à la complexité des démarches administratives. Ces permanences répondent à un réel besoin ».
Pour l’instant, elles ont lieu sans rendez-vous.

À l’hôtel de ville, le mercredi de 9 heures à midi.
À la maison de quartier Darnaise, le mardi de 14 à 17 heures.
Pas de permanence pendant la saison estivale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *