Apasev : le retour en grâce des centres de séjour

Davantage d’enfants sortent de Vénissieux pendant les vacances. Une vraie réussite pour l’Apasev qui a constaté l’an dernier une hausse de fréquentation dans ses centres du Noyer, de Champagneux et d’Eyzin-Pinet.

Le travail mené ces dernières années pour faire sortir les enfants de Vénissieux pendant une semaine ou plus l’été a porté ses fruits. Les chiffres présentés le 31 mai à l’occasion de l’assemblée générale de l’Association pour la promotion des activités socio-éducatives de Vénissieux (Apasev) le prouvent. « Les séjours aux centres Daniel-Féry à Champagneux (Savoie) ou Elsa-Triolet au Noyer (Hautes-Alpes) présentent une hausse significative de fréquentation, précise Leyla Bendridi, la directrice de l’association. 1079 enfants ont participé aux différents séjours à Champagneux. Dans le même temps au Noyer 1179 enfants et jeunes ont été accueillis. 2017 a également vu se pérenniser l’accueil d’enfants de centres de loisirs en mini-camps. »

La fréquentation du centre aéré sans hébergement d’Eyzin-Pinet (Isère) est un autre motif de satisfaction. 1724 enfants et 431 adultes l’ont fréquenté grâce aux sorties scolaires, sorties à la journée des maisons de l’enfance, accueils d’associations… Le projet pédagogique de la structure est centré autour de l’éducation à l’environnement et au développement durable, il inscrit ses actions dans le cadre de l’agenda 21 de la ville.

En revanche l’activité des maisons de l’enfance a subi une baisse de 10 %. Les classes d’environnement, elles, se portent plutôt bien puisqu’elles enregistrent une hausse conséquente : 67 classes sont parties en 2017 contre 57 en 2016. Enfin quatre classes de ville soit 90 enfants qui ont travaillé à Vénissieux sur des thématiques comme l’architecture, l’environnement, la culture.

« L’Apasev, souligne sa présidente, Véronique Callut, porte de vrais valeurs et projets : permettre au plus grand nombre de Vénissians, surtout les jeunes, de pouvoir partir et d’avoir accès à des loisirs éducatifs qui privilégient la citoyenneté, la solidarité, l’autonomie et à la responsabilité. »

Sur le plan financier, la subvention allouée à l’Apasev par la Ville s’élève à près de 1,2 million d’euros, sur un budget global de 2,2 millions.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *