L’îlot Romain-Rolland à maturité

Le promoteur Nacarat et la Ville ont inauguré une résidence et posé la première pierre d’un nouveau programme dont la livraison, en 2020, marquera l’achèvement de l’urbanisation de l’îlot Romain-Rolland, lancée voici maintenant six ans.

C’est un espace de 2,5 hectares, situé entre les pentes de Minguettes et le centre-ville, entre l’avenue Marcel-Paul et les rues Romain-Rolland, Gaspard-Picard et Paul-Langevin. L’îlot Romain-Rolland accueillait autrefois l’ancien groupe scolaire éponyme, une verrerie, l’ancien foyer Paul-Langevin et les serres municipales. Avant qu’en avril 2012, les engins de chantier n’entament la démolition de ces bâtiments pour lancer un vaste programme d’aménagement. Cinq résidences, soit 239 logements, ont depuis vu le jour. Début 2020, avec la livraison du tout dernier programme, intitulé “Connect”, l’îlot Romain-Rolland en comptera au total 332, dont 22 % de logements sociaux.

Le 7 juin, le promoteur Nacarat et la Ville ont à la fois posé la première pierre de “Connect” et inauguré “Osmose”, la dernière résidence sortie de terre. “Ce double événement est l’occasion de mesurer combien l’îlot Romain-Rolland est venu dynamiser le centre-ville, l’aérer agréablement avec son ambition paysagère, et a permis une meilleure articulation ainsi qu’une véritable jonction entre les pentes des Minguettes et le centre-ville, a souligné le maire, Michèle Picard. Il a fallu démolir et reconstruire, il a fallu être guidé et animé par une vraie ambition urbaine, et Vénissieux n’en manque pas.”

Des appartements modulaires
“Nacarat et Rhône-Saône habitat* se sont rapprochés fin 2008 pour répondre à la consultation d’opérateurs lancée par la Ville de Vénissieux, en accord avec la Communauté urbaine de Lyon, afin d’aménager l’îlot Romain-Rolland, a rappelé Pierre-Marie Le Gloanec, directeur régional chez Nacarat. Le cahier des charges qui nous était fixé était de développer une offre résidentielle mixte de qualité, respectueuse de l’environnement, la création de voies nouvelles et d’un parking, et un parc public en limite de la rue Simone-de-Beauvoir. Parallèlement, la Ville s’était engagée à construire un nouveau groupe scolaire, qui aujourd’hui est terminé. Elle s’était aussi engagée à reprendre les rues périphériques, à réhabiliter le centre associatif Boris-Vian et à reloger le foyer Paul-Langevin, ce qui a été fait.”

La résidence “Osmose”, en passe d’être livrée, comprend 38 logements du studio au 4 pièces, répartis dans un petit immeuble en R + 4 rue Gaspard-Picard. Quant à la résidence “Connect”, ses travaux viennent de débuter et s’achèveront fin 2019. Elle abritera pas moins de 93 logements de 2 à 4 pièces, répartis dans 3 immeubles en R + 4 avenue Marcel-Paul. Du côté du promoteur, on précise que les bâtiments “intègrent un principe de modularité permettant, le cas échéant, de regrouper des logements afin de proposer de grands appartements familiaux”.

La commercialisation du 1er bâtiment de “Connect” a débuté. Sur les 26 réservataires, on dénombre neuf Vénissians, sept Lyonnais et deux Villeurbannais. “Les Vénissians veulent rester à Vénissieux, a observé Michèle Picard, et nos politiques du logement favorisent et encouragent cette volonté.”

* Rhône-Saône habitat est une société coopérative et participative (SCOP) spécialisée dans l’habitat social

  • La Ville et le promoteur ont posé la première pierre de la résidence "Connect"...
Futurs Vénissians :
“Une ville plutôt conviviale qui se construit et se développe”“J’habiterai ici, au dernier étage, avec cette grande terrasse à ciel ouvert”, nous explique fièrement Stéphane Duran en désignant son futur lieu de vie sur une maquette de la résidence. Arrivé fin 2011 dans la région, cet agent de l’État est natif du Pas-de-Calais. Célibataire, il indique aussi avoir été séduit par le prix de son acquisition. “Dans Lyon intra-muros où je travaille, un F3 de 62 m2 comme celui-ci serait hors de prix”, constate-t-il. Avant de préciser que la proximité du centre-ville de Vénissieux et son réseau de transport l’ont aussi séduit.
Même son de cloche chez Éva Crepaldi et Vibol Sourn, un jeune couple qui réside actuellement dans le 8e arrondissement de Lyon, et qui s’installera dans un appartement similaire. “C’est un quartier plutôt bien desservi. D’ici, je suis à 20 ou 30 minutes de Gerland en transports en commun”, note Éva, qui travaille comme secrétaire médicale. Elle admet aussi avoir été séduite par le prix de l’appartement, mais pas seulement. “Vénissieux est une ville plutôt conviviale qui se construit et se développe. La venue de Leroy Merlin et d’Ikea sera un plus.” Quant à M. et Mme Durand, ils sont simplement venus visiter le prochain appartement de leur fille, qui s’installera, elle aussi, dans un F3. Ils mettent en avant la proximité du marché et des commerces, les performances énergétiques de l’immeuble et la desserte TCL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *