Silence on tourne

Pendant une semaine, une classe de CM2 de l’école Georges-Lévy a réalisé un court-métrage, Le Secret de Cassandra, dans le cadre du festival Les Palmes du moulin organisé par le centre social Moulin-à-Vent. Reportage sur le tournage.

Intérieur jour – une salle de classe – un mercredi matin. Autour d’une table de banquet de la caverne des Mort’adelles, une famille de vampires devise gaiement en compagnie d’une jeune princesse, trinquant au sang chaud et dégustant des croquettes de rat et un steak de chauve-souris à la bave de crapaud. Quand tout à coup, Frankenstein frappe à la porte, tombe amoureux de la princesse au premier regard… et une sonnerie retentit. Coupez ! “C’est l’heure de la récré. Vous ne courez pas, vous ne jouez ni au foot, ni au loup, et surtout, vous ne tirez pas sur vos costumes.” Les élèves de CM2 de Mme Perez se précipitent dans la cour du groupe scolaire Georges-Lévy, abandonnant pour quelques instants leurs rôles respectifs.
Depuis quelques jours, leur salle de classe s’est transformée en plateau de tournage. Des affiches de films décorent les murs, des squelettes en plastique tombent du plafond, les assiettes du banquet sont remplies de rouleaux de réglisse — des spaghettis de ver de terre sont au menu — et des costumes s’empilent au fond de la pièce. Celui qui orchestre tout ce petit monde, c’est Steed Cavalieri, animateur jeunesse au centre social Moulin-à-Vent.Voilà six ans qu’il se rend dans les écoles du quartier et au collège Balzac pour aider les élèves à réaliser des courts-métrages dans le cadre du festival Les Palmes du moulin. “L’idée c’est de leur faire découvrir la fabrication d’un film de A à Z, les notions de mise en scène, le langage cinématographique, etc.” Écriture du scénario, élaboration du storyboard, l’animateur intervient dans les classes plusieurs fois dans l’année jusqu’au montage final au cours duquel les enfants choisissent les meilleures scènes, les musiques additionnelles et les effets spéciaux. “Les élèves apprécient de découvrir l’envers du décor et comprennent en même temps l’importance du travail en équipe. Et cela permet au centre social de construire avec les écoles des partenariats solides, basés sur la confiance.”

Surtout pas de regard caméra
C’est la fin de la récré. L’équipe technique reprend sa place. Luna et Adam se relaient derrière la caméra, Alya prend très à coeur sa mission d’ingénieure du son tout comme Mohammed, le scripte, et Hedi, le perchman qui “réalise son rêve de faire un film”. Il reste plusieurs plans à tourner et la fin de matinée approche, la tension monte d’un cran, l’excitation est à son comble. Une fois la scène du banquet dans la boîte, place au mariage entre Cassandra, la princesse, et Frankenstein. On pousse les tables et les chaises, on dresse le buffet au centre duquel trône le gâteau des mariés en papier crépon, et on va chercher les figurants, des CM2 des autres classes tous déguisés en monstres ! Mme Perez l’institutrice prodigue les derniers conseils pendant que Steed motive les troupes. “Concentrez-vous et surtout pas de regard caméra, c’est la première chose qu’on vous a apprise.” Ilyes qui interprète Frankenstein, “un rôle aussi simple à jouer que d’aller acheter une baguette de pain”, a conservé sa perruque bouclée et ses gants de vaisselle verts mais a revêtu sa plus belle chemise. Myriam alias Cassandra a troqué sa robe de princesse contre une robe de mariée immaculée. Silence. Action ! Mais pas facile de jouer aux mariés quand on a 10 ans. Et parmi les figurants, ça pouffe dans les rangs. “Ne fais pas la grimace Myriam, lance la maîtresse. Tu te maries, tu es heureuse ! Faites un effort pour vous tenir les mains.”
Encore un effort de concentration pour tous les apprentis comédiens, Hiba, Sirine, Ryan, Quentin et les autres. Cassandra et Frankenstein avancent face caméra sous les applaudissements et les confettis. “Vive les mariés ! Vive les mariés !” Pas de dernière prise de sécurité cette fois-ci. Clap de fin sur la journée.

> Le 28 juin, Le Secret de Cassandre sera projeté aux élèves et à leurs familles au cinéma Gérard-Philipe. Trois prix seront alors remis, meilleure histoire, meilleure mise en scène et meilleur film.

Une expérience enrichissante et didactique
Pour son troisième tournage avec Steed, l’institutrice Mme Perez est rodée à l’exercice même si gérer plus de 25 élèves sur un plateau demande un sens certain de l’organisation. Dès le mois d’octobre, sa classe de CM2 a commencé à travailler sur ce projet qui s’inscrit dans le cadre de l’enseignement artistique et fait le lien avec les cours de français. “Ils ont écrit l’histoire, l’ont transformée en scénario, travaillé sur le storyboard, passé des auditions pour décrocher les différents rôles. A la fois comédiens, accessoiristes, décorateurs, ils se sont impliqués du début à la fin. Ce genre d’expériences soude la classe, les élèves sont fiers du résultat.” Des enfants scolarisés en Ulis (unités localisées pour l’inclusion scolaire) ont également participé à l’aventure. “Cela permet de valoriser ces élèves qui ont des difficultés à l’école et de les raccrocher au cadre scolaire.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *