Trois étudiants de Bioforce tentent un Pari solidaire sur Vénissieux

cohabitation intergénérationnelle
Photo © Guillaume Auger

Développer la cohabitation intergénérationnelle entre étudiants et retraités, c’est le pari de trois étudiants de Bioforce qui travaillent à l’implantation de l’association Le Pari solidaire sur la commune.

Charlotte Costes, 36 ans, est étudiante à Bioforce. Dans le cadre de sa formation « Coordinateur de projets en solidarité internationale », elle s’engage à développer des actions en lien avec des partenaires locaux. C’est ainsi que, en tant que stagiaire au sein de l’association Le Pari solidaire Lyon (lire plus bas), partenaire de Bioforce depuis cinq ans, elle a fait le choix de développer la cohabitation intergénérationnelle à Vénissieux.

« Je travaille sur ce projet avec deux autres étudiants, Tomas Dominguez et Daouda Niang, explique-t-elle. Notre objectif est de trouver des retraités vénissians qui accepteraient de loger des étudiants de Bioforce pour la rentrée 2018. » Les jeunes gens sont partis d’un constat : la difficulté de trouver un logement à Lyon pour des étudiants venus des quatre coins du monde et le coût prohibitif des loyers. Ils souhaitent donc adapter à Vénissieux le concept développé par Le Pari solidaire à Lyon et dans d’autres communes de la métropole : permettre à des jeunes de se loger à moindre coût en échange de temps de présence et de partage avec leurs hébergeurs qui, de leur côté, acceptent de mettre une chambre à disposition et de partager cuisine et salle de bains. « Il s’agit d’un vrai engagement de la part des deux parties, poursuit Charlotte Costes. L’étudiant et le retraité seront amenés à échanger, communiquer et pourquoi pas, partager des activités en commun, et cela dans le respect de l’autre. On peut parler d’une plus-value solidaire, d’un enrichissement mutuel. »

Plusieurs actions vont être menées prochainement par les trois porteurs du projet : une opération porte-à-porte dans le quartier de La Darnaise vendredi 2 février, une distribution de tracts au marché des Minguettes samedi 3 et un stand d’information au forum de la solidarité qui se tient à Bioforce mercredi 7 de 16 heures à 18 heures. « Notre objectif est d’informer la population de notre projet, de créer de contacts et de trouver de potentiels hébergeurs », conclut Charlotte Costes.

> Si vous êtes retraité et que le projet vous intéresse, vous pouvez contacter l’association au 04 78 83 54 42.

Le Pari solidaire Lyon : favoriser le vivre ensemble

Créée en 2005, l’association Le Pari solidaire Lyon s’est donné pour missions « de contribuer au maintien à domicile des personnes âgées et de lutter contre leur isolement, de répondre à la pénurie de logements des jeunes, et de créer du lien social » détaille sa directrice Corinne Pasquier-Belot. Deux formules s’offrent aux jeunes (étudiants, apprentis ou jeunes travailleurs) en recherche d’un logement et prêts à adhérer aux valeurs de l’association. Un hébergement gratuit chez une personne âgée en perte d’autonomie en contrepartie d’une présence le soir, la nuit et un week-end sur deux — « le jeune n’est évidemment pas là pour remplacer une aide à domicile, précise la directrice, il s’agit bien d’échange, de partage pour rompre la solitude ». Ou la location d’une chambre meublée à moindre coût (entre 200 et 350 euros) chez des seniors âgés de 60 à 75 ans et toujours valides — « une formule moins contraignante pour les jeunes qui ont besoin de plus d’autonomie », poursuit Corinne Pasquier-Belot.Après l’étude du dossier de candidature et un entretien qui permet de connaître les attentes, les motivations et les modes de vie des postulants, une rencontre est organisée au domicile du senior. « Nous attachons beaucoup d’importance à cette première rencontre, insiste la directrice. Et nous proposons du cousu main en choisissant des profils concordants et en rapprochant les souhaits de chacun. »
80 conventions ont été signées pour l’année 2016-2017. Et l’association cherche à développer ses activités sur différents territoires, à Vénissieux notamment, avec le projet des étudiants de Bioforce mais aussi la mise en place de partenariats avec des résidences non médicalisées à Vénissieux. « Cette formule existe déjà dans des résidences autonomie à Saint-Priest et Villeurbanne : des jeunes louent à faible coût un studio de la résidence et animent en contrepartie des ateliers participatifs les dimanches après-midi. » À bon entendeur !> www.leparisolidairelyon.org

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *