Vaurien : un film 100 % vénissian

On parle souvent de passion alors que, pour Mehdi Senoussi, jeune homme du quartier Léo-Lagrange, il faudrait trouver un autre mot, plus fort. C’est beaucoup plus qu’une passion qui le lie au cinéma. Mehdi a des histoires dans la tête et le cœur qu’il ne peut exprimer qu’à travers des images. Vaurien, un film entièrement tourné à Vénissieux, en est une preuve. À inscrire au tableau : un scénario original, Mehdi qui montre une réelle aptitude devant et derrière la caméra, et l’utilisation de forces vives qu’elles soient locales (Akim Sakref, Haris Cheguettine) ou nationalement reconnues : Pascal Elbé, Romane Bohringer, Carlo Brandt, Moussa Maaskri, Lizzie Brocheré, etc.

Amateur des films de Luc Besson, Mehdi fait ses premières armes avec Fonce Rupert, hommage au grand Martin Scorsese et à sa Valse des pantins. Il y incarne Rupert, un apprenti comédien qui kidnappe l’auteur du Grand bleu. À noter dans ce court-métrage les apparitions de Zinedine Zidane et du rappeur Rohff. Après plusieurs films de commande institutionnels, il signe un premier long sur le milieu du foot, Talents cachés/gachés, joués par les footballeurs de l’ASM, et devient acteur dans La Tendresse de Marion Hänsel, Qu’Allah bénisse la France ! d’Abd al Malik ou Fatima de Philippe Faucon.

Les nerfs à vif
La ténacité est une des qualités premières de Mehdi Senoussi. Le sujet qu’il a en tête, il veut à tout prix le voir à l’écran. Ainsi en est-il de Vaurien, son deuxième long-métrage. Il en écrit une première version, commence à la tourner à Vénissieux et… stoppe le projet, faute de moyens. Aussi prompt à rebondir qu’une balle ciselée par Nadal, Mehdi transforme son sujet en court-métrage et fait jouer les personnages par des peluches. Idée géniale qui sera reprise, le temps d’un clin d’œil, dans Vaurien.

Tenace, notre jeune cinéaste sur le métier remet son ouvrage… Merci Boileau et, surtout, les quelques aides qu’il reçoit, dont celle d’Auvergne-Rhône-Alpes Cinéma. “Le problème était de trouver un distributeur, témoigne Mehdi. Le projet était trop petit pour les grands et trop grand pour les petits.” Ce projet devient pour lui une gigantesque partie de poker dans laquelle il convient, en fonction des partenaires, d’abattre ou pas son jeu. “Nous avons été tout le long dans la souffrance des décisions, sans certitudes.” Sinon celle de boucler ce scénario qui lui tient à cœur. Ce qu’il fera en 14 jours — “au lieu des cinq semaines habituelles” —, malgré la défection d’une subvention publique à deux jours du début du tournage. “Un coup de massue !” En revanche, après le clap de fin, le CNC donnera un coup de pouce.

Dans Vaurien, Mehdi donne tout son talent d’acteur à Redouane, jeune diplômé qui, sans emploi, en a assez de venir pointer au Pôle Emploi. Jusqu’au jour où il décide de braquer l’établissement pour attirer l’attention sur lui. À partir de ce point de départ, Mehdi fignole un huis clos prenant et original qui a autant les nerfs à vif que son personnage principal, laissant aux comédiens la place d’exprimer tout un panel d’émotions. Et parvient à communiquer un vrai rythme à tout cela, multipliant les points de vue et les fausses pistes. Le réel moteur de Vaurien, ce film 100 % vénissian qui mériterait de connaître une vraie trajectoire nationale, voire plus ? Mehdi le résume en un mot : l’amour !

Projection du film en présence de l’équipe le 27 janvier à 20h30 au cinéma Gérard-Philipe et le 28 janvier à 17 heures au cinéma Les Alizés, à Bron, dans le cadre du festival Drôle d’endroit pour des rencontres.

Une pensée sur “
Vaurien : un film 100 % vénissian

  • 22 septembre 2018 à 11 h 08 min
    Permalink

    très joli film, qui marquera le spectateur! Dans quelle catégorie nous retrouvons nous ? les acteurs jouent juste et sont authentique, ce qui est rare. je en comprend pas les critiques des soi disants professionnels qui sont jugeant et ont peu ou pas compris les subtilités de ce film. Film vu par hasard et que je recommande

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *