9200 écoliers ont fait leur rentrée

Ce matin à 8 h 30, au portail du groupe scolaire Jean-Moulin, les enfants retrouvent leur école, accueillis par les enseignants. Le nouveau directeur, Christophe Tsalichis (remplaçant de Bernard Curtet), bien connu de tous puisque présent dans l’école depuis une quinzaine d’année, est a pied d’œuvre. Certains parents sont anxieux : « L’entrée en CP de Jawad me stresse. C’est une étape importante où il va falloir apprendre beaucoup », s’inquiète sa maman qui vérifie une dernière fois si son fiston a bien pris toutes les fournitures.

La mise en place de CP à 12 élèves par classe en réseau d’éducation prioritaire renforcé (REP +) est la mesure phare de cette nouvelle année scolaire. À Jean-Moulin, pas de classes à 12 pour les CP, mais deux à 24 avec deux enseignantes, et une classe à 12 avec cinq CP et sept CE1.  « C ‘est un vrai choix de l’équipe enseignants, précise le directeur. Nous avions des locaux disponibles, mais nous préférons travailler ainsi. Nous avons une culture collective de l’école que nous voulons conserver en CP. La présence de deux enseignants permet la co-intervention dans une même classe et une plus grande liberté. Un enseignant mène la séance, l’autre aide les enfants, repère ceux qui sont en difficulté. »

Mais les enseignants restent inquiets. « L’an dernier, explique le directeur, dans le cadre du dispositif « Plus de maitres que de classes », un maître pouvait intervenir dans les autres classes et prendre en charge les enfants en difficulté. C’était une aide précieuse. Cette présence permettait également de dédoubler certaines classes. Cette année, le temps de soutien de ce maitre est réduit à 25% réservé aux grande sections et au CE1, car il est en CP avec une autre enseignante. Ce qui fait que nous avons des classes de CE2, CM1/CM2 avec des effectifs élevés, 26 , 27 élèves contre 24. »

Henri-Wallon et Charles-Perrault en grève

A Vénissieux, deux écoles élémentaires en REP + étaient totalement fermées ce matin :  Henri-Wallon et Charles-Perrault. Une grève lancée à l’appel des l’appel des syndicats SNUipp, la CGT Educ’action, Sud Education et FO. Les enseignants condamnent le redéploiement des moyens . « On déshabille Pierre pour habiller Paul, dénoncent les grévistes. Cette baisse du nombre d’élèves par classe s’effectue au détriment de l’ancien dispositif de soutien. Que vont devenir les enfants en difficulté que nous avions l’habitude d’accompagner ? »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *