Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Culture

Disparition de Pierre Giouse : quand il est mort, le poète

Nous apprenons la disparition du poète Pierre Giouse, à l’âge de 88 ans.

Nous venons d’apprendre la disparition de Pierre Giouse, à l’âge de 88 ans. Tour à tour forgeur dans une aciérie, responsable syndical, ouvrier sur plusieurs chantiers de construction, secrétaire à Lyon de Travail et Culture et gardien au TNP de Villeurbanne, Pierrot fut avant tout un poète peu prolixe — un recueil en 1955, un autre quelque quarante ans plus tard aux défuntes éditions vénissianes Paroles d’aube — mais auteur de nombreux textes dans des livres d’artistes, des journaux, des revues, des catalogues d’exposition et des ouvrages collectifs, dont le dernier en date fut, à La Passe du vent, « Actes de naissance ».

Il avait ainsi participé à « Arpo 12 » et avait été l’un des créateurs de la revue « Verso ». Il s’était installé dans notre commune après la guerre et rencontra l’artiste Madeleine Lambert, qui eut une importance majeure dans le monde artistique à Vénissieux et au-delà. Lui-même créait plastiquement et avec beaucoup d’humour, tels ses « Détournements (mineurs) » ou ses « Livres faits à la maison » qui devaient tout autant aux arts plastiques qu’à la poésie. Citons encore « À tenir au frais », « Mythologies siennes » ou « Installations en boîtes transparentes ».

Mado et Pierrot, on les voyait toujours ensemble (photo ci-dessus), vieillissant côte à côte aux Éparres, où ils s’étaient installés, aux alentours de Bourgoin. Puis survint le décès de Mado, en 2012. Pierre avait alors décliné progressivement jusqu’à ce lundi 3 juillet au matin.

Souvent révoltée, sa poésie déclinait aussi les choses simples de la vie, d’abord en vers libres puis en rimes. « C’était, expliquait Pierre Giouse, en écho à ce qu’ont fait pas mal de poètes pendant la Résistance. Il fallait que j’entre dans une nouvelle Résistance ! » (voir la vidéo Moments de Poésie, réalisée pour la Biennale de Lyon 2011).

La cérémonie d’adieu aura lieu ce vendredi 7 juillet à 16h15 au crématorium de Bron. Ce même jour, on pourra le voir une dernière fois, entre 14h30 à 15 heures, aux Pompes funèbres générales de Vénissieux – 45, chemin de Feyzin (face au nouveau cimetière). Ses cendres seront ensuite déposées dans le columbarium du nouveau cimetière de Vénissieux le samedi 8 juillet. Possibilité de se retrouver à l’entrée du cimetière à 10h45 précises.

Toutes nos condoléances à son fils Marc, à sa famille et ses amis.

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Culture

Pour son retour en live du 14 au 16 juillet, le festival Fêtes escales annonce une programmation "populaire et élégante, énergique et sensible". À...

Actus

Dans une lettre rendue publique le 17 mai, l'ancien député-maire de Vénissieux, en désaccord avec la stratégie d'union avec la France insoumise, annonce qu'il...

Actus

Le 12 mai, Michèle Picard défendait devant le tribunal administratif ses arrêtés interdisant les expulsions locatives sans solution de relogement, les coupures d'électricité et...

Actus

Belle initiative que celle prise ce samedi par les conseils de quartier Jules-Guesde et Parilly, en partenariat avec le centre social de Parilly.

Actus

Ce jeune homme a décidé de tout lâcher et de marcher seul jusqu’à Jérusalem, une aventure humaine pour découvrir de nouvelles cultures.