Avec Emmaüs Défi, équiper son logement à prix réduits

Ce sont les services sociaux qui orientent les futurs bénéficiaires vers la banque solidaire de l’équipement

30 euros l’aspirateur, 15 euros le fer à repasser, 4 euros le lot de 6 assiettes, le bungalow installé au fond du parking du bric-à-brac d’Emmaüs recèle un petit trésor. Un appartement témoin — accessible sur rendez-vous après intervention des services sociaux — qui permet aux personnes accédant à un logement après avoir vécu en situation de grande précarité de s’équiper à petits prix. Poêles et casseroles, tables et chaises, rideaux, linge de lit, « nous proposons un service VIP avec des équipements en soldes toute l’année ! », plaisante Perrine Vandecastele, en charge de l’antenne lyonnaise de la banque solidaire de l’équipement (BSE).

Ce dispositif, mis en place avenue Marius-Berliet depuis le printemps 2016, a été créé à Paris en 2012 par l’association Emmaüs Défi. « Pour les gens qui ont connu la rue et les centres d’hébergement, devenir éligible au logement social est forcément synonyme de fin de la galère, explique Perrine Vandecastele. Pourtant, c’est une transition loin d’être facile à vivre. Après l’obtention des clés et l’installation dans les murs, il faut parvenir à s’approprier le logement pour s’y sentir bien. »

Équiper son nouveau foyer, une étape nécessaire mais qui a un coût. La BSE permet ainsi de ne pas fragiliser les ménages en leur proposant du matériel neuf à prix très réduits. Sur le même principe qu’une banque alimentaire, elle fonctionne avec des entreprises partenaires — Seb, Carrefour, Les Galeries Lafayettes — qui cèdent leurs invendus. Accompagné par un travailleur social qui l’aide notamment à gérer son budget, le bénéficiaire peut se rendre dans l’appartement témoin de la BSE jusqu’à trois fois en six mois afin d’étaler ses dépenses.

Entre mai, date de son installation à Vénissieux, et décembre 2016, 45 personnes ont pu équiper leur logement grâce à la BSE. « Notre enjeu à Lyon est double, conclut la salariée d’Emmaüs Défi. Continuer à accueillir les bénéficiaires dans de bonnes conditions mais aussi trouver de nouvelles entreprises qui acceptent de s’engager à nos côtés afin d’élargir notre référentiel de produits. Nous manquons par exemple de canapés, de lits et d’électroménager. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *