Démarrage de la troisième chaudière bois de Vénissieux

Allumage symbolique de la nouvelle chaufferie bois par Mme le Maire. avec Thomas Sigier, directeur du centre operationnel Rh.Alpes de Dalkia 5 dec.2016
Michèle Picard, maire de Vénissieux, en discussion avec Thomas Sigier, directeur du centre opérationnel Rhône-Alpes de Dalkia, le 5 décembre 2016, lors de l’allumage de la 3ème chaudière biomasse de Vénissieux

Michèle Picard a procédé à l’allumage de la troisième chaudière biomasse (bois) de Vénissieux Energies, le 5 décembre à midi. Ce geste symbolique du maire lance une phase de démarrage et de tests qui durera 15 jours, avant de passer à la phase de production de chaleur début janvier. « Pendant une semaine, nous procèderons au séchage des réfractaires à l’intérieur de la chaudière et à une montée en température, explique Thomas Sigier, directeur du centre opérationnel Rhône-Alpes de Dalkia. Puis la chaudière commencera à être alimentée par des plaquettes de bois », comme ses deux « soeurs » déjà en fonction. Collectés dans la région, ces plaquettes, sortes de gros copeaux de différentes essences (surtout du sapin) sont des rebuts de bois d’élagage, de scierie et de chantiers forestiers. La chaudière en « consommera » 120 tonnes par jour en rythme de croisière. Le réseau de Vénissieux Energies, le deuxième de la Métropole par sa taille, alimente 10.000 foyers et de nombreux bâtiments publics et privés.

 » Triple réussite « 

La construction des deux premières chaudières bois, en 2009, avait fait passer le taux d’énergies renouvelables (ENR) utilisées au dessus de la barre des 50 %, ce qui a permis d’appliquer une TVA réduite à 5,5 %, et du même coup fait baisser de 10,3 % la facture de l’usager, en 2015. La mise en fonction de la troisième chaudière (installée le 25 août) permettra de passer à 58 % la part d’ENR, entraînant une nouvelle baisse de la facture (de 5% supplémentaire) en 2017. « C’est une triple réussite, environnementale, économique et sociale », se félicite Michèle Picard, qui était accompagnée par Pierre-Alain Millet, 2ème adjoint, en charge du logement, du développement durable et des énergies.

Une réussite distinguée. Après le « Trophée de l’innovation » reçu en septembre 2015, qui récompensait les efforts de modernisation déployés sur le réseau de chaleur urbain de la ville, Vénissieux vient d’obtenir le label « Ecoréseau » délivré par Amorce, association de 864 collectivités territoriales et professionnels de la gestion des déchets, des réseaux de chaleur et de froid, de l’énergie et de l’environnement. Le prix sera remis à Michèle Picard ce 7 décembre, à Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *