Dessine-moi les Minguettes… en 2030

minguettes

Mardi soir, la Ville a lancé la phase de concertation règlementaire et citoyenne du second volet du programme de renouvellement urbain des Minguettes, au cours d’une réunion publique de présentation du projet.

En 2030, le quartier des Minguettes aura de nouveau changé de visage. Plus dense – 30 000 habitants selon les projections – , plus équilibré, plus vert, plus ouvert sur le centre-ville, il comptera aussi plus de commerces et de services, et bénéficiera d’un habitat plus diversifié. Telles sont les grandes orientations du nouveau programme de renouvellement urbain (PNRU). Elles étaient détaillées mardi soir au cours d’une réunion publique à l’hôtel de ville.

Pour les élus, Ville et Métropole réunies, il s’agissait de lancer la phase de concertation règlementaire et citoyenne qui accompagne le projet. « La concertation qui s’adresse à tous les Vénissians, émane d’une volonté forte de la Municipalité d’impliquer les habitants, de les rendre acteurs de leur ville, a assuré le maire, Michèle Picard. Il s’agit d’une consultation permanente, au travers des conseils de quartiers, du conseil citoyen et des dispositifs spécifiques, comme les ateliers de ville qui seront mis en œuvre, au fur et à mesure de l’avancée du projet. » C’est que les enjeux sont de taille. « Au fil du temps, ces quartiers ont été relégués, ils ont vu leur image se dégrader. À travers ces opérations, nous souhaitons leur redonner un attrait et une nouvelle image. Nous voulons qu’ils deviennent des quartiers choisis, plutôt que des quartiers subis », a affirmé Michel le Faou, vice-président de la Métropole en charge de l’Urbanisme, de l’habitat et du cadre de vie.

Pour l’heure, le budget de ce second PNRU n’est pas connu. On sait seulement qu’il sera pris en charge par l’État via l’Agence nationale pour la rénovation urbaine , qui dispose d’une enveloppe de 5 ou 6 milliards pour requalifier 500 quartiers en France. Mais il sera conséquent, au vu des opérations déjà actées. Le projet prévoit à court terme la démolition de la grande barre de Monmousseau (ICF – 197 logements), celle de la tour 36 de la Darnaise (GrandLyon Habitat – 69 logements), la réhabilitation de la résidence du Couloud (Sacoviv – 220 logements), ainsi que celle d’Édouard-Herriot (Alliade Habitat – 200 logements). À plus long terme, sur l’ensemble des quartiers concernés (les Minguettes et les Clochettes à Saint-Fons), 1 185 logements doivent être démolis, 2 085 construits, tandis que 4 000 seront rénovés et 4 000 autres résidentialisés. En outre, 90 000 m2 seront dédiés à l’activité économique.

La place du marché et la Darnaise, secteurs prioritaires

« Notre ambition, c’est d’arriver à réunir, à ouvrir et à fédérer, a souligné Humbert David, architecte-urbaniste concepteur du projet. Réunir, c’est faire en sorte que chaque quartier fasse partie d’un ensemble, sans effet de rupture. Ouvrir, c’est accueillir une population très diversifiée avec des logements, avec de beaux espaces publics actuellement sous-utilisés. Enfin, fédérer, c’est développer des places publiques. Ce sont des endroits où les gens se croisent pour aller chercher leur pain, leurs bouquets de fleurs, manger leurs plats du jour. De tels endroits manquent sur le plateau. »

yvri0116

Deux secteurs géographiques ont été identifiés comme prioritaires. Le premier est celui de la place du marché, élargi à Monmousseau et aux Balmes (début des pentes qui mènent au centre-ville). Il devrait voir la création d’une halle couverte sur la place aujourd’hui utilisée par le plus grand marché de l’agglomération. Mais une partie de cette place, aujourd’hui un simple parking, pourrait être utilisé pour d’autres usages publics, y compris les jours de marché. La disparition de bâtiments alentour permettant par ailleurs de réaménager totalement les accès.

Le second secteur prioritaire est celui de la Darnaise et des Portes du Sud. Comme le précédent, il bénéficie du tramway, et englobe notamment une grosse entreprise (Carso), ainsi qu’un pôle hospitalier et la résidence intergénérationnelle. Il pourrait accueillir des zones dédiées à l’activité économique (artisanat notamment). Sont aussi prévus des places publiques avec des commerces en rez-de chaussée et de nouveaux bâtiments.

Mais quid des espaces verts ? Ils ont la part belle dans le projet. Le parc des Minguettes devrait notamment voir ses entrées aménagées, à la fois pour le rendre plus visible et interdire son accès aux véhicules motorisés. L’idée étant d’augmenter le nombre des personnes qui le fréquentent. « Nous devons réfléchir comment l’utiliser au mieux, en tenant compte de tout ce qui va être fait autour […] C’est un espace magnifique. », a insisté la première adjointe, Yolande Peytavin.

Pour rappel, le premier programme de rénovation urbaine des Minguettes, qui s’était déroulé entre 2005 et 2015, avait bénéficié de 170 millions d’investissement. Il avait déjà changé en profondeur la physionomie des différents quartiers qui le composent, avec notamment plus 2 000 réhabilitations de logements sociaux et 70 opérations d’aménagement. Des équipements publics comme le centre-Michel Delay, la Maison de quartier Darnaise, le cinéma Gérard Philipe, et l’école de musique avaient aussi été réhabilités. Quant au volet économique, il avait conduit via le dispositif ZFU* à l’installation de 439 entreprises (pour l’essentiel des relocalisations).

La parole est maintenant aux habitants.

Donnez votre avis !

Depuis le début du mois d’octobre, le registre de concertation préalable et tous les documents d’information annexes sont disponibles dans plusieurs lieux :
– à la Maison du Projet de Vénissieux (20, av. Jean-Cagne), du lundi au vendredi de 9 heures à midi et de 14 heures à 16 heures ;
– à la direction de l’Urbanisme de l’hôtel de ville de Vénissieux (mêmes jours, mêmes horaires) ;
– à la direction du Développement urbain de l’hôtel de ville de Saint-Fons, du lundi au vendredi, de 13h30 à 17h30 ;
– ainsi qu’à la délégation Développement urbain et cadre de vie de la Métropole (79, rue Molière, Lyon 3e), le lundi, mardi, jeudi et vendredi, de 9 heures à midi et de 14 heures à 16 heures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *