Le dernier « Défi Solidaire » de Bioforce

Gilles Collard
« Pour différentes raisons, notamment budgétaires, nous ne serons plus en mesure d’animer le Défi solidaire », a annoncé Gilles Collard, directeur général de Bioforce.

C’est un dispositif qui a accompagné, depuis 2008, près de 90 projets de solidarité locale. En neuf ans, le « Défi solidaire » de l’Institut Bioforce a aidé 548 jeunes de 12 à 21 ans, dont 165 Vénissians, à mettre en place des actions à vocation humanitaire, sociale ou culturelle. Le 1er juin, les projets de la cuvée 2016, lancés en janvier, étaient primés au cours d’une cérémonie de valorisation dans les locaux de l’Institut.

Sur treize, quatre étaient menés par des Vénissians. Le groupe « Les Solda’rités » de l’EPJ Charréard a organisé en avril une maraude dans les quartiers de la Part-Dieu et de Perrache avec l’association « Ensemble pour un repas ». Du côté de l’EPJ Léo Lagrange, le groupe « Si moi j’ai froid » s’est constitué en association avec le même objectif.

Un autre groupe vénissian, réunissant des jeunes de l’EPJ Parilly et de la Maison de l’enfance, s’est chargé d’organiser des moments de rencontre avec des personnes âgées, en partenariat avec une résidence. Enfin, aux centres sociaux des Minguettes, le groupe « Monmousso’lidaire » a organisé une journée d’animation et une sortie avec des familles d’un foyer d’hébergement pour immigrés en situation précaire, en lien avec la Conseillère en économie familiale et sociale de Feyzin.

De quoi satisfaire le maire, Michèle Picard. « Vos actions sont essentielles pour développer le vivre ensemble, créer des liens entre générations, transmettre cette solidarité qui fait tant défaut à notre société, a assuré l’élue à l’attention de l’ensemble des participants. Vous pouvez être fiers de vos actions, de votre dévouement, et de l’image que vous donnez de la jeunesse. »

Cette neuvième édition sera toutefois la dernière. « À partir de l’année prochaine, notre soutien devra prendre d’autres formes. Pour différentes raisons, notamment budgétaires, nous ne serons plus en mesure d’animer le Défi solidaire », a annoncé Gilles Collard, directeur général de Bioforce. Qui s’est toutefois voulu rassurant : « Nous resterons mobilisés sur l’accompagnement des projets de jeunes, et vous pourrez continuer à solliciter l’équipe du pôle développement local […] J’espère que nous vous avons donné l’envie de continuer et de faire encore de grandes choses. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *