Addictions : pour qu’ado ne rime pas avec accro

Capture d’écran 2016-05-20 à 16.22.20

Conférence, rencontre avec des spécialistes, réalisation d’autotests… Les jeunes et leurs parents sont attendus à la salle Irène-Joliot-Curie, le mercredi 25 mai entre 14 heures et 17 heures. La matinée sera réservée aux collégiens.

Les récentes études de santé publique montrent une exposition de plus en plus précoce des jeunes aux addictions. “L’âge moyen de la première consommation de cannabis est de 15 ans, celui auquel ils découvrent l’alcool est de 13 ans, le premier film pornographique est visionné à 12 ans et c’est à l’âge de 11 ans que les jeunes se dotent statistiquement d’un smartphone”, précisait le maire de Vénissieux, Michèle Picard, lors de la présentation du premier Forum de prévention des addictions, qui se tiendra le 25 mai prochain à la salle Irène-Joliot-Curie.

Ces comportements addictifs ont parfois des lourdes conséquences pour les jeunes et leur entourage. Les consommations de stupéfiants et d’alcool constituent une cause majeure de violences intrafamiliales, d’accidents de la route aggravés par la combinaison de ces substances, ou encore de délinquance. Phénomène plus récent, l’addiction aux écrans, quoique légale dans la plupart de ses formes, peut également générer des comportements aux conséquences insoupçonnées : décrochage scolaire, désocialisation, perte de repères, altération de la représentation de la femme, banalisation de la violence voire radicalisation religieuse dans certains cas.

Un enjeu majeur de sécurité et de santé publiques

Face à cet enjeu majeur de sécurité et de santé publiques, la majorité municipale a inscrit à son plan de mandat un travail commencé dès 2014, en vue de “construire une action forte de lutte contre les addictions et à destination de tous les publics”. “En tant que maire de Vénissieux, garante du bien-être et de la sécurité de mes administrés, je considère que les collectivités territoriales doivent jouer leur rôle dans la prise en compte de ce problème national, affirme Michèle Picard. J’ai choisi personnellement d’assumer la compétence sécurité et d’être l’interlocutrice des autorités de l’État dans ce domaine. Regarder la question des addictions par le seul prisme de la répression serait une erreur.”

Portée au départ par la Direction unique prévention sécurité, dont certains agents sont déjà formés aux actions de prévention en milieu scolaire, cette initiative est aujourd’hui partagée avec la Direction de la santé et de l’hygiène publiques. “Il s’agit d’une initiative intéressante car elle s’inscrit dans le long terme, a observé Lyazid Belasri, délégué du Préfet à Vénissieux. À ma connaissance, une seule autre commune de Rhône-Alpes s’est engagée dans une telle démarche.”

Après une matinée réservée aux collégiens, le forum sera ouvert au grand public de 14 à 17 heures. Un des temps forts sera la conférence-débat prévue à 14 h 30 avec Michel Kairo, consultant en addictologie au groupe hospitalier les Portes du Sud (lire ci-dessous). Des autotests permettant d’évaluer la dépendance aux écrans seront mis à la disposition des jeunes. Une plaquette répertoriant les numéros utiles sera également distribuée. Ce document sera par la suite disponible dans tous les équipements publics de la ville, en particulier ceux dédiés à la jeunesse.


Michèle Picard  : “La prévention des addictions est aussi une prévention contre la délinquance”

Capture d’écran 2016-05-20 à 16.21.57

Ce forum est une première. Quels en sont les objectifs ?
– Notre action en faveur de la prévention des addictions s’inscrit dans une politique municipale globale, à la croisée de la santé, de la parentalité et de la tranquillité publique. Ce forum sur lequel je travaille avec de nombreux partenaires depuis deux ans s’attache à la prévention. En tant que maire, garante du bien-être et de la sécurité de mes administrés, je considère que les collectivités territoriales doivent jouer leur rôle dans la prise en compte de ce problème national. C’est une action à long terme.

Quels sont les partenaires de la Ville ?
– Tous ceux qui traitent de ce sujet seront à la salle Joliot-Curie. Sur la problématique de l’alcool, l’association Vie Libre, la préfecture et la Sécurité routière seront présentes. Sur la question du cannabis et autres drogues, la police nationale et le pôle santé de la famille interviendront. Pour le tabac, le Comité départemental d’hygiène sociale et la Ligue contre le cancer ont répondu à notre invitation. Enfin, le Point accueil écoute jeunes, le Bureau information jeunesse et Stop-chut, viendront parler des réseaux sociaux. Quant à la Macif, elle proposera une animation sur la sécurité routière.

Pourquoi avoir réservé la matinée à l’accueil des collégiens ?
– Plus on parle tôt des addictions, plus la prévention est efficace. C’est ce que nous disent tous les spécialistes. Moi je ne suis pas médecin, mais j’entends les messages des uns et des autres. C’est pourquoi nous avons lancé un appel aux collèges. Sept classes de quatrième ont répondu à notre invitation soit environ 140 élèves. Cette journée marquera l’officialisation par la Ville et l’État des actions qui seront engagées dans tous les collèges de Vénissieux l’année prochaine, avec des agents formés à la prévention de la consommation de stupéfiants et d’alcool, avec les artistes de la troupe des Désaxés, le tout avec le soutien de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca). Mais je voudrais également que l’après-midi touche un public plus large, notamment les jeunes adultes et leurs parents. La prévention des addictions est aussi une prévention contre la délinquance. C’est vraiment une journée de prévention, il est important de le rappeler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *