Le logement social, dans l’ADN de Vénissieux

inauguration du triangle du Thioley. (MAJO, EmmaŸs logement, et Alliade Habitat (logements sociaux)) ˆ Parilly

Un foyer de jeunes travailleurs, une résidence pour les compagnons d’Emmaüs et une autre en locatif social… En tout, 181 nouveaux logements sociaux ont été été inaugurés le 19 mai, sur le « triangle du Thioley », près du métro Parilly.

Le 19 mai, Alliade Habitat, Emmaüs, la Fondation AJD Maurice Gounon et le maire de Vénissieux ont inauguré 181 nouveaux logements sociaux près du métro Parilly, sur une ancienne friche industrielle appartenant à Renault Trucks. Alliade Habitat, filiale d’Action Logement, était maître d’ouvrage de l’ensemble du projet. Ses architectes ont dû faire face à d’importantes contraintes techniques pour édifier les trois bâtiments : une ligne à haute tension aérienne et la proximité d’un tunnel du métro. Le résultat est réussi. « Ce programme porte en lui l’esprit de Vénissieux, a estimé Michèle Picard. Il y a dans ces trois bâtiments à vocation sociale, l’histoire, le caractère et la détermination de notre ville. Ce programme est typiquement vénissian, de par son esprit de solidarité, d’accueil, de dignité humaine, dans cette capacité à servir l’intérêt général, et à lutter contre les discriminations sociales et territoriales. » Rappelant le travail accompli en amont par son prédécesseur André Gerin pour que le projet voie le jour, le maire a expliqué que ce programme était « le fruit d’une opération immobilière complexe, et d’un partenariat efficace et de tous les instants, entre la Ville, le Grand Lyon, Renault Trucks, Alliade Habitat, la Majo et Emmaüs. Chacun a apporté sa pierre à l’édifice. » Un aspect souligné également par Xavier Gros, Président d’Alliade Habitat. « Tous ont contribué à apporter une solution concrète au logement des salariés à revenus modestes, à la réinsertion, à la lutte contre l’exclusion, tout en favorisant la mixité sociale dans un quartier agréable, proche des commerces et des transports en commun. »

Majo Parilly

Une nouvelle « Majo »
Situé avenue Jules-Guesde, le plus grand des bâtiments abrite la « Majo-Parilly », un foyer géré par la fondation AJD Maurice Gounon. Ouvert depuis le 12 octobre dernier, il accueille des jeunes âgés de 16 à 25 ans (travailleurs, étudiants, stagiaires, demandeurs d’emploi) orientés là par la Métropole de Lyon. La résidence prend le relais de celle de la rue Louis-Blanc, devenue insalubre. Elle comporte 130 logements meublés, du T1 au T3, des locaux administratifs et des espaces communs. Pour un loyer compris entre 350 et 509 euros, les locataires disposent chacun d’un coin cuisine, d’une douche et de prises Internet. Une trentaine de logements est réservée à des mineurs isolés étrangers, dans le cadre d’une convention avec la Métropole. Ils bénéficient tous d’un accompagnement pour leur intégration, ainsi qu’un suivi de leurs démarches administratives et de leur projet de sortie. « Cette nouvelle réalisation, c’est le résultat d’une victoire sur la précarité, qui permet de faire des projets d’avenir » a lancé André Solle, président du directoire de la fondation. Saluant le travail accompli par le directeur de la Majo, Habib Darwich, il s’est dit certain que la structure continuera à porter « les valeurs d’un humanisme qui favorisera toujours un accueil inconditionnel et le principe de non-exclusion. »

inauguration du triangle du Thioley. (MAJO, EmmaŸs logement, et Alliade Habitat (logements sociaux)) ˆ Parilly
Compagnons et familles
Le deuxième bâtiment, avenue Marius-Berliet, héberge des compagnons et des compagnes de la communauté Emmaüs de Lyon. Ouvert en mars 2016, il compte 29 logements meublés du T1 au T2. L’association, qui compte 90 compagnons à Vénissieux, augmente ses capacités d’accueil à quelques mètres seulement de sa principale implantation lyonnaise, qui comprend un espace de vente (le 3e plus grand « bric-à-brac » de France), un dépôt et des ateliers. Enfin, le dernier bâtiment du triangle est celui d’Alliade Habitat, rue Thioley. Il comprend 22 logements locatifs (du T2 au T5) et des stationnements en sous-sol. Livrée en décembre 2015 et occupée à 95 %, cette résidence accueille familles et personnes seules, employés, artisans, chômeurs. Le coût total de l’opération s’élève à 15 millions d’euros, financé par un prêt de la Caisse des dépôts et des subventions du Grand Lyon, de la Région, de l’État, de la Ville de Vénissieux et d’Action Logement.

Photos : Raphaël Bert/Expressions, Renaud Araud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *