Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Au café des parents

Tous les mercredis, depuis maintenant trois ans, plusieurs mamans de l’école Paul-Langevin se retrouvent pour évoquer leurs problèmes de parents. Un moment de convivialité et de partage, où chacun peut s’exprimer librement.

P 9 n° 1

Tous les mercredis, depuis maintenant trois ans, plusieurs mamans de l’école Paul-Langevin se retrouvent. Sur la table, des boissons chaudes, des jus de fruit et des gâteaux. Bienvenue au Café des parents. L’ambiance est conviviale. Chantal, technicienne d’intervention sociale et familiale à l’Adiaf-Savarham, et Dolorès, assistante sociale à la CAF, accueillent entre 8 h 30 et 9 h 30 toutes celles qui le souhaitent. De temps en temps, les participantes demandent l’avis d’une intervenante spécialisée pour évoquer un thème précis. Ce jour-là, Isabelle, puéricultrice à la PMI (Protection maternelle et infantile), répond aux questions liées à la fatigue de l’enfant.

Très rapidement les nouveaux rythmes scolaires font débat. Les mères de famille s’interrogeant sur les bienfaits ou non de l’école le mercredi matin. “Nos enfants sont davantage fatigués. Le mercredi, ils n’arrivent pas à se lever. Avant, ils se reposaient, étaient tranquilles. On aimait vivre différemment. Nous avions le temps de les emmener au sport. Depuis cette nouvelle organisation de la semaine, on a l’impression de toujours courir.”

Les mamans en conviennent : les rythmes scolaires sont peut-être davantage respectés. En revanche pour le périscolaire c’est compliqué. L’une d’entre elles intervient : “Ma petite veut aller au périscolaire même quand je suis à la maison.” Isabelle répond : “Que lui proposez-vous quand elle rentre de l’école ? Si vous lui disiez “on va au parc”, peut être que votre fille apprécierait ? Les activités doivent rester une détente. Il est important que les enfants s’ennuient. Prendre le temps est une vraie richesse.”

Autre sujet abordé, le sommeil chez les enfants et les adolescents. Cette maman n’arrive pas à coucher ses “deux grandes” actuellement en CM2. “Elles ne dorment pas avant 22 heures.” La puéricultrice indique qu’à cet âge l’enfant doit être couché au plus tard à 21 heures. Et précise : “Pour les plus petits c’est facile car on instaure un rituel avec une chanson ou un livre. À l’adolescence, c’est plus délicat.”

Ma fille, collégienne, dort avec son portable comme si c’était un doudou, confirme une participante. C’est insupportable. Je suis sûre qu’elle reçoit et envoie des SMS la nuit.” Isabelle interroge : “Vos enfants ont-ils besoin d’un portable avant la classe de troisième ?” Sauf que les mamans se disent “rassurées” par le téléphone. “On sait ce qu’ils font, où ils sont, on peut les joindre à chaque instant.”

Ce mercredi, le Café des parents évoquera aussi la question du petit-déjeuner, que les ados ont tendance à sauter.

Vers 9 h 30, il est temps de se quitter. Les mamans sont ravies de ce moment de partage hebdomadaire qu’elles vivent comme une parenthèse privilégiée. “On peut poser toutes les questions que l’on veut, témoignent-elles. On ne se sent pas jugées. D’autant qu’au fil des rencontres, de véritables liens se sont tissés entre nous.”

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

Sous forme d'un jeu rallye, les nouveaux arrivants du lycée Jacques-Brel ont découvert sur deux jours les différentes structures jeunesse de la Ville.

Portraits

Cette jeune plasticienne née à Vénissieux vient d'obtenir, dans le cadre de la Biennale d'art contemporain de Lyon, le prix de la Jeune création...

Dossiers

Insertion dans la vie locale, mobilier urbain, impacts sur la circulation et sur le stationnement... la concertation continue autour du projet de tramway T10,...

Actus

Le Groupe hospitalier mutualiste des Portes du Sud propose aux enfants une petite voiture électrique pour les transporter de leur chambre au bloc opératoire.

Actus

Pour cette nouvelle édition de la Semaine bleue, la Ville et ses partenaires proposent de briser les idées reçues.