Playcado, jobs virtuels, formation réelle

1 mars 2016."inauguration" de la société fictive "Playcado" à l'AFPA

Chez Playcado tout est beau. Dans les vastes open spaces de cette société de vente de jouets et de goodies d’entreprise sur catalogue, 52 personnes s’affairent devant les ordis ou au téléphone. Au service achats, Dounia et Charline relancent les fournisseurs et les clients par mail. A la DRH, Brigitte prépare les feuilles de paie et Carine rédige un contrat d’embauche. Régina appelle la banque. A la compta, Véronique constate que les promos de janvier ont permis d’écouler le stock. Et Nadine, la boss, regarde tout son petit monde, ravi. « Ils sont tellement impliqués que, parfois, ils oublient que tout cela est virtuel. » Comment ça, virtuel ?

Chez Playcado, tout est faux. La Reine des neiges en peluche et le clé USB publicitaire ne seront jamais livrées et chaque emploi est fictif. Ici, tout est bidon. Sauf le principal : la formation délivrée par cette Entreprise d’Entraînement ou Pédagogique (EEP) accueillie au sein de l’Afpa de Vénissieux. S’approchant au plus près des conditions réelles d’une véritable entreprise, ce « job training » est en revanche d’une efficacité bien réelle : près de 70% de retour à l’emploi à l’issue des six mois de stage (dont plusieurs semaines dans une vraie entreprise), et une certification équivalent à Bac + 2.

Chez Playcado tout est pro. Régina a vraiment un banquier au téléphone, Dounia et Charline reçoivent réellement des bons de commandes et des réponses à leurs mails: leurs interlocuteurs sont, comme elles, stagiaires dans l’une des 110 EEP du réseau français Euro Ent’Ent, et jouent leurs rôles de conseiller, de détaillant, de fournisseur, d’agent  de l’Urssaf… Cet univers économique parallèle compte 6 000 structures dans 42 pays, ce qui permet de se familiariser aux échanges en anglais, par écrit ou Skype. Rémunérés par le Fongecif, Pôle Emploi ou la Région, les stagiaires sont tous en reconversion après une première expérience professionnelle. Dounia était auxiliaire de vie, Charline laborantine, Brigitte aide-soignante, Carine restauratrice… Heureux d’accueillir en ses murs cette formation particulière, Bertrand Carpentier, directeur de l’Afpa Vénissieux, défend une pédagogie « où l’on est en immersion professionnelle mais où l’on a le temps d’apprendre et le droit à l’erreur, où l’on reprend confiance avant le retour à l’emploi ».

1 mars 2016."inauguration" de la société fictive "Playcado" à l'AFPA


 

Afpa Vénissieux, 35, boulevard Jodino. www.afpa.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *